L'OMM veut récupérer ses subventions

Le directeur exécutif de l'Observatoire du Mont-Mégantic (OMM), Robert Lamontagne, tentera par tous les moyens de récupérer les subventions que le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) a dû lui retirer à la suite de coupures budgétaires du gouvernement Harper, et ce, malgré les recommandations positives d'un comité d'experts. Inquiet du sous-financement chronique de la recherche scientifique au Canada, M. Lamontagne devrait rencontrer la semaine prochaine le directeur général de l'OMM ainsi que la direction des universités afin de discuter de nouvelles avenues de financement et d'amener le CRSNG à revoir ses critères de dotation.

Jeudi, à la réception du rapport d'évaluation pour l'OMM fait par un comité d'experts internationaux, M. Lamontagne a pu confirmer ses doutes: les subventions n'ont effectivement pas été reconduites parce que l'OMM est considéré comme étant une infrastructure à caractère régional. Or, le comité aurait plutôt recommandé de renouveler, voire pratiquement de doubler, le montant de 325 000 $ accordé à l'Observatoire, en plus de lui faire des commentaires dithyrambiques, selon M. Lamontagne.

«C'est là tout le paradoxe. [...] On a reçu des commentaires qui font l'éloge de notre niveau de formation, de notre pertinence et de nos instruments. On a même dit que l'Observatoire a un caractère unique au Canada et dans certains cas, unique au monde, mais d'un autre côté, on nous accole cette étiquette régionale. On est perplexes», a souligné M. Lamontagne en rappelant qu'une trentaine d'autres organismes avaient également dû subir le couperet du CRSNG.

Pour l'année en cours, l'OMM ne recevra que 140 000 $ d'Ottawa et en 2010, le CRSNG ne le financera plus du tout.

M. Lamontagne souhaite que le CRSNG revoit ses critères. «Ça nous permettrait de soumettre à nouveau une demande et peut-être d'avoir un meilleur succès. Mais pour cette année, on sait que c'est sans appel», a-t-il dit. Il a l'intention de porter le débat sur le financement de la recherche dans l'arène politique.

«Peu de gens le savent, mais la communauté des astronomes du Canada a une réputation d'excellence. Pour un pays de notre taille, on est parmi les pays les plus cités en matière de découvertes et de publications scientifiques», a mentionné pour sa part le député libéral et ex-président de l'Agence spatiale canadienne, Marc Garneau. «L'OMM est un genre d'incubateur qui permet à des astronomes de développer leurs talents. Le gouvernement conservateur n'a pourtant pas l'air de comprendre l'importance de la recherche ni celle de soutenir les astronomes.»

À voir en vidéo