Technologies au service de la collectivité - Internet sans fil gratuit pour qui habite ou visite Sherbrooke

source FiQ
Bruno Lacasse, v.-p. des Technologies, Zone Accès Public Sherbrooke, en compagnie d’André Pouliot, p.-d. g. de DMR
Photo: source FiQ Bruno Lacasse, v.-p. des Technologies, Zone Accès Public Sherbrooke, en compagnie d’André Pouliot, p.-d. g. de DMR

Il est maintenant possible de se brancher gratuitement à Internet sans fil, à Sherbrooke et dans les environs. Ce service est offert par ZAP Sherbrooke, un organisme à but non lucratif qui vient de remporter l'Octas dans la catégorie des technologies au service de la collectivité.

«Le projet de Zone Accès Public Sherbrooke a été lancé par le Pôle universitaire de Sherbrooke, qui comprend l'Université de Sherbrooke mais aussi l'université Bishop ainsi que les hôpitaux et cégeps de la région», explique Bruno Lacasse, directeur de l'informatique à l'université Bishop et président à titre bénévole de ZAP Sherbrooke. Plus de 50 bénévoles ont contribué à la mise en place du réseau et ZAP Sherbrooke peut compter sur l'appui de 25 partenaires, dont les principaux établissements de Sherbrooke mais aussi plusieurs entreprises privées.

«Notre but était de rendre accessible aux résidants et aux visiteurs de Sherbrooke un réseau gratuit d'Internet sans fil, poursuit Bruno Lacasse, car nous considérons que ce genre de service fait maintenant partie de ce que l'on appelle la qualité de vie d'une ville et d'une région.»

Le réseau

Lancé en juin 2007, le service est une réussite, puisque ZAP Sherbrooke compte déjà 167 points d'accès au réseau. «On en comptera certainement 200 avant la fin de l'été.» Ce nombre place Sherbrooke dans le peloton de tête des villes nord-américaines en ce qui a trait au réseau Internet sans fil gratuit. «Nous sommes premier au Canada et quatrième en Amérique du Nord. Le leader nord-américain est Houston, avec 328 points d'accès.»

Le réseau s'est déployé selon quatre axes. «Il y a évidemment l'axe des établissements qui composent le Pôle universitaire, et ensuite l'axe de la Ville de Sherbrooke. Ensuite il y a l'axe commercial, c'est-à-dire les entreprises privées qui veulent offrir le service à leurs clientèles, et finalement l'axe des organismes communautaires et culturels.» Ainsi, des points d'accès se trouvent autant dans les cafés et les hôtels que dans les centres communautaires et les maisons de retraite, tout comme dans les parcs et les bibliothèques de la ville et sur le campus des établissements universitaires. Bref, il y en a un peu partout.

«Plusieurs de nos entreprises participantes sont des garages ou des bureaux de dentiste, là où il y a une salle d'attente. Les gens se branchent et en profitent pour répondre à leurs courriels ou naviguer dans Internet.» La présence de ZAP Sherbrooke dans le milieu communautaire a aussi son impact. «Nous nous sommes rendu compte que certains de nos usagers accédaient à Internet pour la première fois grâce au réseau ZAP.»

Le financement

ZAP Sherbrooke a vu le jour grâce à une subvention de 37 000 $ du ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation. «Cela nous a permis de placer nos premières installations, de créer le site web et de lancer le service.» Le Pôle universitaire de Sherbrooke a pris à sa charge l'installation des points d'accès dans ses établissements. La Ville de Sherbrooke a signé un contrat de

70 000 $ avec ZAP Sherbrooke pour l'installation des points d'accès sur son territoire et dans ses établissements. «Nous avons aussi un contrat pour l'entretien des points d'accès de la ville.»

Quant à l'installation des points d'accès dans les secteurs commercial et communautaire, elle est confiée à des entreprises privées. «Ces entreprises, comme MicroAge, nous font un prix de faveur. L'économie est ensuite refilée à nos participants.» Ces derniers, qu'ils soient du secteur commercial ou communautaire, doivent acquitter un coût d'abonnement. Pour une entreprise privée, le coût est de 150 $, qui comprend l'installation et l'abonnement pour la première année. Il est de 125 $ pour un organisme communautaire. Le renouvellement de l'abonnement pour l'année suivante est de 50 $ pour tous les participants. «Déjà, nous avons atteint l'équilibre budgétaire, et comme nous sommes un organisme à but non lucratif, tous les profits sont réinvestis dans le réseau. Ce type de financement assure la pérennité du réseau.»

Comment ça marche

Quiconque est en possession d'un ordinateur portable équipé de la technologie Wi-Fi peut se brancher au réseau de ZAP Sherbrooke. Idem pour ceux qui possèdent un téléphone portable équipé de la même technologie. «On n'a qu'à aller dans le site de ZAP Sherbrooke, ouvrir un compte d'utilisateur, se trouver un mot de passe et le tour est joué.» Le tout, évidemment, sans frais. On peut aussi consulter la carte des points d'accès dans le site Internet. «La carte vous donne tous les points d'accès qui sont en fonctionnement ainsi que ceux qui, pour une raison ou une autre, sont temporairement hors d'usage, ce qui arrive parfois, lorsqu'on débranche pour des travaux, par exemple.»

Quant aux partenaires qui s'inscrivent au réseau, une seule exigence leur est posée. «Ils doivent avoir un accès haute vitesse à Internet, peu importe le fournisseur.» Cette condition remplie, ZAP Sherbrooke installera ensuite dans l'établissement un routeur qui permettra d'accéder au réseau de ZAP Sherbrooke. «Nous avons modifié le routeur en y ajoutant un programme pour le rendre encore plus sécuritaire.» Aussi, les participants peuvent compter sur un soutien technique en tout temps s'il y a un problème.

La prochaine étape

La consolidation du réseau et son étendue à la grande région de Sherbrooke constituent la prochaine étape pour ZAP Sherbrooke. «Nous desservons présentement Magog.» De plus, ZAP Sherbrooke veut promouvoir auprès de ses usagers une plus grande utilisation de la téléphonie IP, ce que son réseau permet. Aussi, ZAP Sherbrooke transformera son portail d'accès de sorte qu'il puisse servir aussi à la promotion des organismes communautaires et culturels de la collectivité sherbrookoise.

«Notre projet est le fruit d'un effort collectif, comme le démontre la liste de nos partenaires, qui ont tous travaillé ensemble pour mettre en place ce réseau. Mais c'est aussi une façon de rendre la technologie accessible et de la mettre au service de la collectivité. C'est gratuit pour l'usager, et le coût est modeste pour qui veut offrir le service.»

ZAP Sherbrooke n'est pas le seul au Québec à offrir pareil service. «Il existe d'autres organisations de même nature et il s'en crée de nouvelles dans d'autres régions. C'est une voie que nous encourageons fortement.»

Collaborateur du Devoir