Internet - Insidieux Facebook

Londres — Les données personnelles des utilisateurs du site de socialisation Facebook sont facilement accessibles à des tiers, qui risquent de les utiliser à des fins criminelles, conclut une enquête diffusée hier par la BBC.

Des journalistes du programme télévisé Click, dédié aux nouvelles technologies, ont fait l'expérience d'écrire un programme simple qui, sous le couvert d'une application ludique, permet en fait d'obtenir les données de l'utilisateur du programme et de ses amis.

Ils ont ainsi démontré qu'en jouant à un jeu ou en répondant à un jeu questionnaire sur Facebook, l'internaute peut à son insu permettre à des tiers d'obtenir son nom, son adresse, le nom de son employeur et sa date de naissance, ainsi que ceux de ses proches.

«L'application créée par Click, qui a pris moins de trois heures à l'écrire, a été ajoutée aux comptes de quatre utilisateurs de Facebook. [Les créateurs du programme] ont ainsi pu accéder aux données personnelles de ces quatre personnes et de leurs amis sur Facebook, même si beaucoup d'entre eux avaient pris soin de cacher ces données de leur profil public», souligne la BBC dans un communiqué.

Ces lacunes dans la sécurité du site signifient que des criminels peuvent potentiellement recueillir ces données et procéder à des vols d'identité, par exemple en ouvrant un compte en banque avec les données d'une victime.

Facebook a répondu à ces inquiétudes en soulignant que le site «disposait d'une technologie sophistiquée et d'une équipe spécialisée pour s'attaquer aux activités non autorisées des applications».

Le site demande en outre aux créateurs d'applications de se conformer à «des conditions d'utilisation» qui leur interdisent notamment de recueillir les coordonnées des utilisateurs.

Mais l'enquête de la BBC suggère que ces garde-fous ne sont apparemment pas suffisants pour protéger les utilisateurs contre le vol d'identité.

«Il semble que la seule façon complètement sûre d'empêcher le partage des données et de retirer toutes les applications est de ne pas les utiliser», relève la BBC.

L'émission Click, diffusée hier soir sur plusieurs chaînes de la BBC, est disponible sur le site Internet de l'émission.