Gare aux émollients pour dissoudre le cérumen

Il y a quelque temps, une patiente s'est présentée à l'hôpital pour une perte d'audition après avoir utilisé un produit en vente libre destiné à dissoudre un bouchon de cérumen dans une oreille. Lorsqu'il a examiné l'oreille sensée être bouchée, l'oto-rhino-laryngologiste Sam Daniel y a découvert non pas du cérumen, mais une grosse perforation à l'origine de la réduction d'acuité auditive de la dame qui malheureusement s'est avérée permanente.

Le spécialiste, qui est aussi directeur du laboratoire des sciences auditives McGill situé à l'Hôpital de Montréal pour enfants, a alors cherché dans la littérature médicale ce qui avait été publié sur ces produits émollients à base de triéthanolamine polypeptide. Rien n'est ressorti de son enquête. Seul un article a été trouvé parmi les publications «vétérinaires» dans lequel on recommandait de ne pas utiliser ces produits chez les chiens, car ils induisaient une perte d'audition, raconte le Dr Daniel qui, du coup, a décidé d'étudier très sérieusement les effets engendrés par le Cérumenex, l'un de ces produits composés de triéthanolamine polypeptide, chez les chinchillas qui possèdent un appareil auditif très semblable à celui des humains. «Le Cérumenex a été dévastateur pour ces petits animaux, relate le chercheur. Il a induit une perte auditive de modérée à sévère en raison de la mort de cellules ciliées de la cochlée dans l'oreille interne. Or ces cellules ne se régénèrent pas, c'est pourquoi la perte d'audition est permanente. De plus, étant un produit abrasif, le Cérumenex peut provoquer une forte inflammation du conduit auditif chez les personnes dont la peau est particulièrement sensible.» Compte tenu des effets délétères du Cérumenex qu'il a observés, le chercheur s'est empressé de publier les résultats de son étude dans la revue The Laryngoscope et d'en informer le grand public, et ce, avant même d'avoir terminé une seconde étude portant sur les produits génériques du Cérumenex.

Le Dr Daniel précise qu’il ne bannit pas catégoriquement l’usage de ces produits qui parviennent à éliminer efficacement le cérumen, communément appelé cire humaine. Il insiste pour que seules les personnes dont le tympan est intact et exempt de perforations y aient recours. Il prévient que, parmi toutes les personnes qui utilisent ces produits, plusieurs, sans le savoir, ont le tympan perforé parce qu’elles ont souffert d’otites à répétition, ou parce qu’on leur a installé des tubes pour traiter ces mêmes otites, ou parce qu’elles ont subi un traumatisme qui a endommagé leur tympan. Or lorsque le tympan est perforé, tous les produits que l’on introduit dans le conduit auditif peuvent pénétrer dans l’oreille interne et y détruire les cellules nerveuses s’ils sont toxiques comme le Cérumenex.

Le Dr Daniel s'inquiète tout particulièrement du fait que ces produits sont vendus sans ordonnance dans toutes les pharmacies. «Si on ne sait pas si nos tympans sont perforés, il est recommandé d'aller voir son médecin de famille ou son pédiatre, les deux seront en mesure de voir s'il y a perforation ou non», affirme le spécialiste.

Mais que faire pour déloger le cérumen qui nuit à l'audition sans endommager le système auditif? La première recommandation qu'émet le Dr Sam Daniel est de «laisser le cérumen tranquille. La plupart des gens qui se retrouvent avec des bouchons de cérumen sont ceux qui enfoncent le cérumen dans le conduit auditif à l'aide de cotons-tiges. En introduisant des cotons-tiges, ils irritent du coup les glandes cérumineuses du conduit qui produisent alors encore plus de cérumen. Or le conduit auditif est autonettoyant, en se régénérant la peau déloge le cérumen».

Les personnes qui souffrent d'une production excessive de cérumen en raison de leur génétique particulière devraient consulter leur médecin de famille pour déloger les bouchons de cérumen, souligne-t-il. Il existe néanmoins certains produits sécuritaires que l'on peut utiliser soi-même. Parmi ceux-ci figurent le peroxyde dilué, l'huile de bébé et EARigate, un dispositif qui projette un jet d'eau de mer dans l'oreille sans toutefois frapper contre la membrane tympanique.

À voir en vidéo