Druide - L'informatique au quotidien

Druide informatique concevait et mettait sur le marché en 1996 Antidote, un logiciel d'aide à la rédaction du français; il est devenu une référence en la matière. Et puis la gamme des produits s'est sensiblement agrandie. Récemment, le Web Elixir est apparu sur la grande toile et cet outil innovateur vaut à l'entreprise un Octas.

André d'Orsonnens est président et chef de la direction de Druide, dont il retrace en partie le parcours: «Le succès d'Antidote nous a ouvert une porte dans la distribution; c'est devenu un produit d'appel en ce sens que, lorsque des gens ouvrent une boutique ou un rayon en informatique, ça leur prend Antidote dans leurs rayons. Je le dis souvent à la blague: Antidote c'est le "Office" de la langue française.» Ce logiciel fait partie intégrante de l'environnement dans l'exécution du travail de bureau.

Le suivi de l'envol

Il s'en est suivi des répercussions: «Devant le succès commercial de ce produit, on a ouvert une division commerciale; en fin de compte, il y en a maintenant deux, soit Druide édition et Druide distribution, dans laquelle on a évidemment Antidote comme client. On a également des partenariats avec quatre autres sociétés dont on distribue les produits au Canada français: il y a, bien sûr, Québec Amérique et son catalogue informatique, et il y a une compagnie française qui s'appelle Auralog, le chef de file mondial des solutions pour apprendre une langue seconde avec l'aide de cédéroms; les deux autres sociétés sont québécoises: il y a CREO, qui est connue pour la collection "Les Débrouillards", et l'entreprise LMSOFT qui fait les logiciels WebCreator destinés, cela va de soi, à la création de sites Internet.»

Il apporte une précision: «Le fer de lance de la section Druide distribution, c'est qu'on ne distribue que des logiciels en français. On est encore au service de la langue française, même s'il ne s'agit pas d'améliorer cette langue en l'écrivant ou en aidant les gens à l'apprendre. Une fois de plus, on est là pour aider la collectivité francophone.»

Un rejeton prometteur

WebElixir est venu se greffer à la gamme de tous ces produits il y a tout juste un an et le plus jeune de la famille a remporté un Octas. M. d'Orsonnens situe l'origine de cet outil destiné à bonifier la qualité des sites Internet: «Son concept tient sa source d'Antidote. On a adapté les analyseurs de ce dernier pour Internet parce qu'on voulait positionner ce service non seulement par rapport à la qualité de la langue des sites, mais aussi par rapport à la notion de qualité purement et simplement. On lui a donc adjoint un deuxième volet qui est la vérification des liens, ce qui est très apprécié par les clients: lorsqu'ils reçoivent le rapport de qualité, ils peuvent savoir s'il existe des liens qui sont défectueux, lents ou autre.»

Cette application est aussi disponible dans une version pour professionnels: «Les services de vérification de l'orthographe en anglais et en français et la détection des liens sont communs à WebElixir et à WebElixir Pro. On n'a pas présenté cette version aux prix Octas, mais il est bon de mentionner qu'elle existe. La différence de celle-ci avec celle qui est destinée au grand public, c'est qu'elle fait exactement la même chose, sauf qu'elle réussit à le faire sur un beaucoup plus grand nombre de pages et de liens; elle ajoute un troisième volet de vérification des changements en présentant l'état de ces derniers avant et après le passage de notre robot dans le site.»

Il n'en coûte rien

Cette potion magique est distribuée gratuitement à quiconque veut donner plus de mordant et de pertinence à son site: «Le WebElixir est tout à fait gratuit. La façon dont on a pu arriver à l'offrir gratuitement, et ce avec une certaine pérennité, c'est qu'on ne s'occupe pas de l'aspect des changements, qui nous aurait demandé de garder une image des sites qu'on vérifie; cela aurait doublé le poids sur nos serveurs. Dans la version Pro, si on peut vous dire ce qui a changé, c'est que, manifestement, on garde sur nos serveurs une copie complète de votre site, ce qui est assez pesant.»

Que réserve l'avenir à WebElixir? André d'Orsonnens apporte cette réponse: «Présentement, c'est ouvert seulement sur invitation et il peut y avoir un certain délai quand quelqu'un demande d'être invité; on a fait cela justement pour être en mesure de contrôler le poids sur les serveurs pour pouvoir continuer d'offrir le produit gratuitement de façon vraiment permanente. La prochaine étape, c'est d'ouvrir cela de façon plus large et de s'assurer qu'on a bien fait le tour des besoins des consommateurs. On veut utiliser les commentaires de milliers d'utilisateurs de la version gratuite pour améliorer le service car il est encore tout jeune, et parce qu'il n'a pas du tout la maturité qu'Antidote peut avoir après dix ans de commercialisation. Pour n'importe quelle société qui veut réussir en informatique, la clé, c'est d'être à l'écoute des commentaires des clients afin d'adapter ensuite ses produits aux besoins de ceux-ci.»

Dans un an, quand cette opération aura été réussie, Druide souhaite lancer ce service sur le marché anglophone à l'échelle internationale.

***

Collaborateur du Devoir