Arcadia a beau jeu

Lena, l’hôtesse virtuelle d’Arcadia, répondra en direct aux questions des festivaliers.
Photo: Lena, l’hôtesse virtuelle d’Arcadia, répondra en direct aux questions des festivaliers.

À sa deuxième mouture, le festival Arcadia est déjà considéré comme la grand-messe du jeu vidéo à Montréal et au Canada. Le baptême passé, les organisateurs ont décidé que, cette année, ce serait la poussée de croissance.

La principale mission d'Arcadia est d'amener les concepteurs de jeux vidéo à dialoguer directement avec les joueurs dans l'espoir de développer de nouveaux produits qui correspondent à la demande.

Pour Marie-Annick Boisvert, vice-présidente de l'événement, la finalité du festival est de démystifier ce domaine. «Je veux présenter le jeu vidéo tel qu'il est en 2006. L'aspect ludique est encore là mais il y a bien d'autres considérations qui existent depuis plusieurs années.»

Ces autres éléments entourant le jeu sont représentés dans les diverses zones qu'offre l'événement cette année. La «Zone arcadémique» propose des conférences en lien avec l'industrie du jeu.

Animation de personnages 3D, design sonore et tournois de jeux en réseau font partie de la panoplie de conférences. Sur le site, plusieurs institutions scolaires, publiques et privées, attendent les participants pour leur parler des possibilités de carrière dans cette industrie émergente.

Des jeux sérieux?

La «Zone de simulation» propose un renouvellement de la raison d'être du jeu vidéo en présentant des jeux sérieux (serious games).

Arcadia offre ici une vision qui dépasse le simple divertissement. «L'idée derrière ça, c'était de montrer que le jeu n'est pas que ludique mais qu'il peut aussi servir à l'éducation et à la formation», explique le président-directeur général François Décarie.

Parmi les titres proposés, Re-Mission, un jeu développé par Hopelab, met en scène un nanorobot qui parcourt le corps humain à la recherche de cellules cancéreuses pour les détruire. Il est spécialement conçu pour aider les enfants aux prises avec un cancer à comprendre le fonctionnement de la maladie.

Food Force, une initiative de l'ONU et du Programme alimentaire mondial, permet au joueur de se mettre dans la peau d'un représentant du programme. Sur l'île fictive de Sheylan, le joueur tente d'acheminer de la meilleure façon possible les denrées alimentaires aux populations dans le besoin. «La zone de simulation est vraiment mon coup de coeur cette année», reconnaît François Décarie.

L'activité physique est une autre préoccupation de taille pour les organisateurs du festival. «Plus la technologie va évoluer, plus les joueurs seront amenés à bouger devant leur écran. Dance Dance Revolution est le parfait exemple de cette nouvelle tendance», affirme Marie-Annick Boisvert, qui s'occupe également de la programmation.

Dans cet hybride entre aérobie et piste de danse, le joueur est amené à reproduire des mouvements en bougeant les pieds sur une surface conçue spécialement pour le jeu. «Certaines écoles aux États-Unis ont même intégré DDR dans leur programme d'éducation physique», insiste celle pour qui l'activité physique est tout aussi importante que le plaisir de jouer.

De tout pour tous

La principale attraction d'Arcadia est la présence de la nouvelle console de Nintendo, la Wii, huit jours avant le lancement officiel en Amérique du Nord. Le design unique de la manette de jeu de la Wii, avec sa reconnaissance spatiale, oblige le joueur à exécuter les mouvements qu'il veut reproduire à l'écran.

Les innovations technologiques ont pignon sur rue dans la section «Ztélé». Des écrans géants circulaires de 360 degrés (panoscopes) plongent le visiteur dans un environnement immersif.

La compagnie Moment Factory propose l'installation Sight Interactive, un plancher interactif qui réagit aux pas du festivalier.

Dans cet univers empreint de technologie, il reste quelques résistants qui apprécient le raffinement et l'effort des premiers développeurs de jeux.

Les défunts Atari 2600, Colecovision et 3DO reprendront vie grâce à la section «Flashback». Des icônes de la culture du jeu vidéo qu'il vaut la peine de découvrir et (surtout) de redécouvrir.

Des concours et des compétitions parsèment la mouture 2006 du festival. Cette année, le sport est à l'honneur et les joueurs pourront se mesurer dans des compétitions de hockey et de ping-pong.

Une salle est consacrée au LAN (Local Area Network) du Challenge Intel, où 250 participants joueront sans arrêt durant 48 heures.

Les amateurs de musique ne sont pas en reste pour la seconde présentation d'Arcadia. Un spectacle est présenté demain soir au Club Soda, mettant en scène Minibosses, Freezepop et Touchboy, trois groupes qui offrent leur vision particulière de la musique.

Des expérimentations sur une trame électronique sont au programme, le tout avec une touche de nostalgie.

***

Festival Arcadia

Aujourd'hui, demain et dimanche au stade Uniprix, www.festivalarcadia.com.

Le Devoir