Des romans sans papier

Le nouveau livre électronique, nommé Words Gear, possède un large écran à cristaux liquides et une interface à quatre capteurs sensoriels sur le côté qui permettent d’effectuer toutes les manipulations d’une seule main.
Photo: Agence France-Presse (photo) Le nouveau livre électronique, nommé Words Gear, possède un large écran à cristaux liquides et une interface à quatre capteurs sensoriels sur le côté qui permettent d’effectuer toutes les manipulations d’une seule main.

Le géant de l'électronique japonais Matsushita (marque Panasonic) a présenté hier à Tokyo un prototype de livre électronique à large écran couleur ainsi que les services de ventes de contenus qu'il prévoit commercialiser d'ici la fin de l'année au Japon.

Baptisé Words Gear, l'appareil, au format de livre de poche, permet de lire des livres ou des magazines, d'écouter de la musique et de regarder des photos ou des vidéos stockés sur carte-mémoire au format SD.

Il dispose d'un large écran à cristaux liquides et d'une interface à quatre capteurs sensoriels sur le côté qui permettent d'effectuer toutes les manipulations d'une seule main (choix de livre, changement de page, modification de la taille des caractères, etc.).

«Ce terminal sera en vente d'ici la fin de l'année, aux alentours de 40 000 yens» (environ 385 $CAN), a précisé le patron du projet, Takakazu Otsuki.

En même temps, Matsushita s'est associé au groupe d'édition de livres et magazines Kadokawa et au géant des médias audiovisuels privé TBS pour créer une nouvelle société, Words Gear, dédiée à la vente de contenus.

Quelque 10 000 titres électroniques (mangas, romans, magazines, ouvrages multimédias, collections thématiques)

seront proposés dans un premier temps, et 20 000 autres ultérieurement.

Ils seront non seulement destinés aux terminaux Words Gear mais aussi aux téléphones portables et ordinateurs, ont expliqué les représentants de ces trois sociétés lors d'une conférence de presse conjointe.

«Nous prévoyons éditer des contenus spécifiques, comme des livres avec texte, son et image, des magazines électroniques, des éditions spéciales sur carte-mémoire regroupant plusieurs ouvrages autour d'un thème ou d'un auteur ainsi que des éditions de livres épuisés ou rares», a précisé un directeur de Kadokawa.

Matsushita, qui, à l'instar de Sony, avait déjà lancé un livre électronique sur le marché nippon il y a quelques années sans rencontrer le succès escompté, récidive en espérant écouler 10 000 terminaux Words Gear cette année et capter de 7 à 10 % du marché des ouvrages électroniques japonais en 2010.

Le groupe estime que ce marché représentera 15 milliards de yens (envron 143 millions $CAN) en 2006 et qu'il devrait quadrupler d'ici 2010.