En bref: Le politiquement correct nuit à la génétique

Le mouvement politiquement correct est souvent critiqué pour sa tendance à tout niveler par le bas.

Voilà que les généticiens en rajoutent : depuis des années, disent-ils, dans son désir de ne froisser personne, la société veut à un tel point gommer la notion de groupe ethnique qu'elle finit par nuire à la recherche scientifique — en particulier à la génétique. Qu'on le veuille ou non, il y a bel et bien eu des groupes qui se sont séparés les uns des autres au fil des millénaires. Et de ces distinctions ont émergé des gènes particuliers, qui se retrouvent donc plus souvent dans un groupe que dans un autre. Par conséquent, on ne peut pas faire de recherches médicales sans faire de distinction entre les groupes ethniques. C'est la position que prend le généticien Neil Risch, dans un commentaire cosigné par quelques-uns de ses collègues et publié cet été dans la revue Genome Biology. « Ignorer nos différences, même avec la meilleure des intentions, va ultimement rendre un très mauvais service à ceux qui font partie d'une minorité. »