En bref - Une étude lie dépression et alcoolisme

Ottawa — Une étude fait ressortir une probabilité élevée de dépendance à l'alcool chez les personnes classées comme grands buveurs habituels qui ont connu un épisode dépressif majeur.

Selon cette étude publiée par Statistique Canada, les hommes et les femmes déprimés étaient environ 3,5 fois plus susceptibles d'être considérés comme ayant une dépendance à l'alcool que les personnes n'ayant pas souffert d'épisode dépressif. Les résultats montrent en outre qu'un degré élevé de stress perçu était systématiquement lié à la probabilité conjointe de dépression et de dépendance à l'alcool. Pour cette étude, on classait comme grand buveur habituel une personne qui avait consommé cinq boissons alcoolisées ou plus en une occasion au moins une fois par mois au cours de l'année précédente.