Santé- Endométriose: Quand l'endomètre se répand

Le MétrioTest est la marque de commerce d'un tout nouveau test de dépistage de l'endométriose récemment mis au point par PROCREA BioSciences inc., une entreprise québécoise de biotechnologie, spécialisée dans les domaines de la médecine de la reproduction et de la génétique humaines.

L'endométriose est une des maladies gynécologiques les plus fréquentes et elle atteint entre 5 % et 15 % des femmes en âge de procréer. "On estime qu'environ six millions de femmes en souffrent uniquement en Amérique du Nord et ce chiffre grimpe à 100 millions dans le monde entier", précise Patrice Hugo, vice-président et chef de la recherche scientifique chez PROCREA BioSciences.

En plus d'être fortement répandue, l'endométriose est une maladie difficile à diagnostiquer. Ses symptômes s'apparentent à plusieurs maladies, ce qui vient compliquer l'investigation. Jusqu'à ce jour, la seule méthode d'établir un diagnostic précis consistait à aller vérifier de visu par laparoscopie. Cette intervention chirurgicale se fait sous anesthésie générale et nécessite environ une semaine de convalescence. De plus, cette méthode permet de déceler la maladie uniquement lorsque cette dernière a atteint un stade relativement avancé.

"C'est une méthode invasive que la plupart des patientes retardent au dernier moment, explique Patrice Hugo. Il n'est pas rare d'observer un délai de cinq à huit ans entre les premiers symptômes de la maladie et le diagnostic. En plus, les coûts directs et indirects associés à cette intervention sont élevés. On les situe à environ 3000 $ à 5000 $ par intervention. Sans compter que dans 50 % des cas, on ne trouve aucune trace d'endométriose."

C'est ce problème de diagnostic que vient résoudre le MétrioTest. Ce test de dépistage comporte une prise de sang et une biopsie de la paroi de l'utérus. La biopsie se fait sans anesthésie et par voie naturelle. "C'est un peu comme un test PAP, sauf qu'on prélève le tissu à l'intérieur de l'utérus plutôt que sur le col." Le tout se déroule en cabinet de médecin et prend environ une quinzaine de minutes.

Des analyses en laboratoire viendront par la suite confirmer ou infirmer la présence de la maladie. La spécificité du test est de 95 %, ce qui veut dire que, lorsque le test est positif, la patiente est atteinte de la maladie dans 9,5 cas sur 10, ce qui en fait un instrument diagnostique très fiable. "Nous voulons offrir ce test à toutes les femmes dont les symptômes s'apparentent à l'endométriose. En Amérique du Nord seulement, on compte environ 15 millions de femmes dans cette situation."

L'endométriose

L'endomètre est une fine couche de muqueuse qui tapisse l'intérieur de l'utérus et sur laquelle vient se fixer l'ovule. S'il n'y a pas de fécondation de l'ovule, l'endomètre est éliminé lors des menstruations. Chez certaines femmes, pendant leurs règles, certaines cellules de l'endomètre, au lieu d'être expulsées par le flux menstruel, sont au contraire refoulées vers le haut et remontent les trompes de Fallope.

Comme les trompes de Fallope ne sont pas reliées de façon hermétique aux ovaires, il existe une ouverture par laquelle les cellules de l'endomètre s'échappent et se retrouvent dans la cavité abdominale. En général, ces cellules endométriales sont aussitôt détruites par des cellules macrophages. Mais ce n'est pas toujours le cas. Il arrive que les cellules endométriales s'accrochent et se fixent aux organes internes: les ovaires, les trompes de Fallope, la paroi extérieure de l'intestin, le rectum, le péritoine, etc. Elles forment alors des lésions que le système immunitaire combat, créant ainsi un état inflammatoire. C'est l'endométriose. Comme ces lésions réagissent à la présence dans le corps de l'estrogène, la maladie épouse donc le cycle menstruel.

Les symptômes occasionnés par la maladie sont des douleurs pelviennes ou abdominales, des maux de dos, des troubles d'intestin, telle la constipation ou la diarrhée, et des saignements internes. "Certaines femmes éprouvent même des douleurs lors de la pénétration pendant les rapports sexuels."

Dans les cas extrêmes, ces lésions bloquent les trompes de Fallope ou viennent gêner le fonctionnement des ovaires et sont une des causes d'infertilité chez 30 % à 40 % des femmes atteintes, croit-on.

Les symptômes associés à l'endométriose ressemblent à s'y méprendre aux symptômes de plusieurs maladies: de l'appendicite à la chlamydia en passant par les maladies auto-immunes, telle la maladie de Crohn. Il est donc important de déceler la présence de l'endométriose de manière précoce afin d'éviter tout tâtonnement et d'établir le plus rapidement possible un traitement efficace.

Le MétrioTest

C'est ce que le MétrioTest rend maintenant possible. Ce test est basé sur l'identification de marqueurs immunologiques et de marqueurs biologiques sanguins. L'analyse du tissu endométrique prélevé lors de la biopsie permet de comparer les sous-populations de leucocytes (globules blancs) présents dans l'endomètre et c'est le rapport entre ces populations qui indique la présence de la maladie. L'analyse du sang permet de révéler la présence d'une protéine associée à la maladie. "C'est une protéine dont nous tairons le nom puisqu'elle fait partie de notre brevet", explique Patrice Hugo.

L'équipe de PROCREA BioSciences a travaillé pendant quatre ans afin de mettre au point ce test de dépistage. "Nous n'avons pas travaillé en vase clos. La recherche s'est effectuée avec le concours d'environ 60 gynécologues de la région de Montréal et plus de 3000 femmes y ont participé."

Présentement, le test est disponible dans la région de Montréal chez PROCREA et dans deux centres affiliés. Les centres affiliés sont des centres de prélèvement et les analyses se font dans les laboratoires de PROCREA. On compte ouvrir d'ici l'automne prochain deux autres centres affiliés, un à Québec et un à Toronto. Ensuite PROCREA entend offrir son test au reste du Canada ainsi qu'aux États-Unis. "Nous sommes présentement en pourparlers avec d'importantes firmes pharmaceutiques et tous les scénarios sont présentement sur la table."

De plus, les recherches vont bon train quant à une deuxième version du MétrioTest qui reposera entièrement sur des marqueurs biologiques sanguins et ne nécessitera qu'une simple prise de sang. Pour le moment, les femmes intéressées à se renseigner sur le MétrioTest peuvent en parler à leur médecin ou elles peuvent communiquer directement avec PROCREA BioSciences. L'entreprise a aussi un site Internet à l'adresse suivante: www.procrea.qc.ca.