Le sort de l'hôpital Shriners sera connu la semaine prochaine

Le sort du futur hôpital des Shriners pourrait être scellé plus tôt que prévu. À l'étroit sur l'avenue Cedar, l'organisation philanthropique songe en effet à quitter Montréal pour loger son nouvel hôpital pédiatrique spécialisé en orthopédie à London ou à Ottawa. Réunis à huis clos, aujourd'hui et demain à Hawaii, les membres du conseil d'administration des Shriners ont été appelés à recommander la ville de leur choix au terme de débats qui s'annoncent musclés.

Dans un souci d'équité, les Shriners ont décidé que leur choix serait rendu public en début de semaine prochaine, à l'occasion d'un appel-conférence tenu simultanément avec les trois villes. Selon nos sources, cet appel devrait être fait d'ici le mercredi 20 avril, au plus tard jeudi.

Si jamais Montréal était choisi, le processus décisionnel pourrait même s'arrêter là, la métropole n'ayant qu'à déménager les pénates de l'hôpital existant dans la cour Glenn, à l'emplacement du futur mégahôpital du Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Au contraire, si c'est London ou Ottawa qui sort gagnant, il faudra que ce choix fasse l'objet d'un vote de confiance à la prochaine convention des Shriners, qui aura lieu en juillet prochain à Baltimore.

Si jamais l'Ontario sort gagnant de cette rencontre, le CUSM ne se laissera pas démonter. «Même si on annonçait qu'une autre ville est recommandée, cela ne voudrait pas dire qu'il faille baisser les bras pour autant. Une telle décision nécessiterait un vote en juillet et on sait que la décision peut être renversée à Baltimore», a expliqué Judith Horrell, chef des communications au bureau du directeur général du CUSM.

À Hawaii, aucune des délégations ne sera présente, selon la volonté exprimée par le conseil d'administration, qui désire débattre en toute intimité et en toute transparence. Cela dit, le CUSM a quand même pris la peine de monter un petit vidéo qui sera distribué aux membres du conseil pour leur montrer que les premières étapes de la décontamination ont bel et bien débuté dans la cour de triage Glenn.

Le contrat de décontamination a en effet finalement été octroyé à la firme Hébert-Loiselle-Quéformat, qui a déjà commencé les travaux de la phase I. Selon Mme Horrell, les cinq acres de l'hôpital des Shriners seront donc prêts pour le 30 juin comme prévu.

Présentement installé rue Cedar, l'hôpital Shriners accuse son âge. Fondé en 1925, le petit hôpital de 40 lits peine en effet à suffire à la tâche, lui qui accueille quelque 6000 jeunes d'un peu partout en Amérique du Nord chaque année.

Les Shriners ont donc décidé de fonder un nouvel hôpital spécialisé au coût de 100 millions. Les trois villes envisagées pour l'accueillir ont fait l'objet d'études exhaustives pour prendre en compte leur position stratégique et les ressources médicales en présence.

Agacé par la lenteur du gouvernement québécois à aller de l'avant avec le projet de la cour Glenn, le conseil d'administration des Shriners avait même recommandé que le nouvel hôpital soit construit à London, en avril 2004. Le ministre de la Santé, Philippe Couillard, avait néanmoins réussi à convaincre les Shriners de donner une seconde chance à Québec.

Pour promouvoir la candidature de la métropole, la Ville de Montréal avait même confirmé le don d'un terrain d'une valeur de cinq millions de dollars l'été dernier. Le CUSM avait pour sa part promis cinq millions pour la construction d'un nouvel hôpital, qui resterait affilié à l'université mais garderait son statut privé.

Les Shriners financent 22 hôpitaux pédiatriques spécialisés dans les soins orthopédiques, les traitements pour les grands brûlés et les blessures de la colonne vertébrale, principalement aux États-Unis, mais aussi au Canada et au Mexique.