Québec demande aux infirmières de prêter main-forte pour le 811

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, lors de la période de questions, jeudi, à l’Assemblée nationale
Jacques Boissinot La Presse canadienne Le ministre de la Santé, Christian Dubé, lors de la période de questions, jeudi, à l’Assemblée nationale

Québec souhaite recruter notamment plusieurs infirmières retraitées via la plateforme Je contribue ! pour répondre aux nombreux appels de la ligne Info-Santé 811.

« Il manque 5000 infirmières dans le réseau, on l’a dit souvent, a écrit sur Twitter le ministre de la Santé, Christian Dubé, en fin de journée jeudi. Notre besoin à court terme est pour le 811 pour désengorger nos urgences. »

Mercredi, Info-Santé a reçu 10 000 appels, dont la moitié était destinée à la ligne lancée en novembre pour permettre aux parents d’obtenir un rendez-vous médical pédiatrique. M. Dubé s’est réjoui que les Québécois utilisant ce service « n’iront pas aux urgences », car elles sont actuellement soumises à une forte pression causée par les virus respiratoires qui circulent au Québec.

« Mais on manque de personnel pour répondre au téléphone », a affirmé le ministre, plus tôt jeudi, en mêlée de presse à l’Assemblée nationale. En s’adressant « surtout aux infirmières à la retraite » mais aussi à celles travaillant pour des agences privées, il a déclaré que le programme Je contribue ! implanté durant la pandémie pour prêter main-forte au réseau de la santé est toujours fonctionnel.

Si M. Dubé dit avoir besoin de plusieurs infirmières pour « améliorer l’expérience patient au téléphone », il mentionne que « toute aide est la bienvenue ». Il a notamment donné l’exemple des étudiants en médecine.

Le ministre souhaite aussi la mise sur pied d’une salle d’attente virtuelle pour Info-Santé qui permettrait d’éviter d’attendre au bout du fil en laissant un numéro de rappel. « Mais pour ça, il faut que je sois certain qu’une infirmière va pouvoir rappeler le patient », a-t-il noté.

Jusqu’à présent, la ligne 811 pédiatrique a été déployée à Montréal, en Montérégie, dans les Laurentides, dans Lanaudière et Laval. À terme, l’objectif est d’offrir ce service ailleurs au Québec.

Situation difficile pour les prochaines semaines

 

La situation dans les hôpitaux du Québec est « excessivement difficile » avec le trio de virus respiratoires qui circule, a précisé Christian Dubé.

Les prochaines semaines seront rudes en raison de la COVID-19, de la propagation de l’influenza en hausse et du virus respiratoire syncytial qui touche particulièrement les enfants, a-t-il ajouté.

Le directeur national de santé publique, le Dr Luc Boileau, fera le point sur la situation sanitaire en début de semaine prochaine.

Depuis la semaine dernière, la vaccination contre la grippe est offerte gratuitement à tous les Québécois, a rappelé le ministre de la Santé.

À l’heure actuelle, « il y a à peu près 120 000 enfants qui sont absents du réseau scolaire », a dit Christian Dubé. Lorsque ceux-ci présentent des symptômes comme de la toux, un mal de gorge ou une congestion nasale, ils doivent rester à la maison, a-t-il exhorté.

Avec l’ouverture de cliniques d’infirmières praticiennes spécialisées, la ligne 811 pédiatrique fait partie des mesures mises sur pied pour désengorger les hôpitaux québécois. Elles ont été proposées par la nouvelle cellule de crise, composée notamment de médecins, d’infirmières, de gestionnaires du réseau de la santé et de responsables du ministère de la Santé et des Services sociaux.

À voir en vidéo