Pas de reprise avant mars à l’examen de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec

L’OIIQ soutient que l’examen du 26 septembre 2022, qui a eu un faible taux de réussite, «n’est pas différent de ceux réalisés au cours des années précédentes».
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir L’OIIQ soutient que l’examen du 26 septembre 2022, qui a eu un faible taux de réussite, «n’est pas différent de ceux réalisés au cours des années précédentes».

Malgré un taux d’échec élevé à son examen et une enquête déclenchée par le Commissaire à l’admission aux professions, l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) maintient sa position. Pas question de devancer l’examen de reprise prévu en mars ou d’assouplir les critères d’obtention de la note de passage au test. L’OIIQ mise sur du « soutien ciblé » pour aider les candidates à l’exercice de la profession infirmière (CEPI) à réussir l’épreuve à laquelle elles ont échoué.

Dans son communiqué, l’OIIQ rappelle que le taux de réussite au premier essai de l’examen, qui s’est élevé à 51,4 % le 26 septembre dernier, est « faible », en comparaison avec celui des années précédentes, qui oscillait entre 71 % et 96 %. Il souligne que dans le contexte pandémique, « nombreux sont ceux qui ont fait face à plus de difficultés malgré tous les efforts déployés par les établissements d’enseignement et les étudiantes et étudiants ».

Afin de soutenir les CEPI, l’Ordre indique que des ateliers préparatoires seront offerts en janvier. Il communiquera aussi avec les conseillères-cadres des établissements de santé, responsables des CEPI, afin de déterminer quelle aide pourrait leur être apportée, a-t-on précisé au Devoir.

Les étudiantes disposent de trois essais pour réussir l’examen de l’Ordre et obtenir leur titre d’infirmière. Dans son communiqué, l’OIIQ soutient que l’examen du 26 septembre « n’est pas différent de ceux réalisés au cours des années précédentes ». Il a été « élaboré par un groupe d’experts issus des milieux cliniques et d’établissements d’enseignement collégial et universitaire », est-il écrit.

L’OIIQ rappelle qu’il a notamment pour mission d’assurer la protection du public.

27 plaintes au sujet de l’examen

De nombreuses étudiantes en soins infirmiers ont exprimé leur colère dans les médias, après qu’elles ont appris qu’elles avaient échoué à leur examen de l’Ordre.

Dans un communiqué diffusé lundi soir, le commissaire à l’admission aux professions, Me André Gariépy, a indiqué qu’il a reçu 27 plaintes au sujet de l’examen du 26 septembre. Il a déclenché une « vérification, sous forme d’enquête », il y a quatre jours. « L’enquête portera notamment sur les différentes préoccupations soulevées concernant l’examen même et la situation des personnes candidates », affirme-t-il dans le communiqué.

En attendant les conclusions de cette enquête, le commissaire à l’admission aux professions recommande notamment aux CEPI qui ont échoué à l’examen de « consulter la rétroaction fournie sur la performance individuelle à la séance de septembre dernier » et de « demander d’autres explications au besoin ».

Ces échecs surviennent au moment où le système de santé fait face à une pénurie criante d’infirmières.

À voir en vidéo