Dubé et Boileau feront le point sur la situation sanitaire

Le ministre québécois de la Santé, Christian Dubé, et le directeur national de santé publique, Luc Boileau, se rencontreront mardi en fin de journée pour faire le point sur la situation sanitaire. Québec attend l’avis de la Santé publique avant d’évoquer un plan visant à freiner la hausse des infections par des virus respiratoires.

Ces réunions sont hebdomadaires, mais le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) reconnaît que « la situation est difficile dans nos urgences actuellement. En plus de la COVID-19, la hausse des cas d’influenza et des autres virus respiratoires chez les enfants nous préoccupe grandement », a indiqué l’attaché de presse du ministre, Antoine de la Durantaye.

Selon M. de la Durantaye, un point sera fait « prochainement » par le ministère, qui rappelle qu’« il demeure important de se protéger et de protéger les autres lorsqu’on a des symptômes de la COVID-19, mais aussi des autres virus ».

Dimanche, le Collège des médecins du Québec (CMQ) a recommandé le port du masque dans les lieux publics face à « la montée inquiétante des cas de virus respiratoires chez les enfants et le débordement des urgences pédiatriques ».

Selon le CMQ, le Québec fait face à une « triple menace », alors que les virus respiratoires circulent simultanément et de façon plus virulente qu’à l’habitude.

Questionné par Le Devoir quant à la possibilité d’une annonce de nouvelles consignes, le MSSS a indiqué lundi matin « [analyser] la situation », tout en rappelant que « le port du masque est recommandé en présence de personnes vulnérables […] et dans les lieux publics lorsqu’il est difficile de conserver une distance avec les autres ».

Un possible changement de ton

En se référant à la Santé publique, Québec pourrait suivre les pas de l’Ontario. Dimanche, le premier ministre Doug Ford a invité sa population à porter « un masque autant que possible », alors que les hôpitaux pédiatriques de la province sont submergés.

Questionné sur un potentiel retour du port du masque obligatoire, l’homme politique avait annoncé s’en remettre aux « instructions » du médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr Kieran Moore.

Le ton est devenu plus grave lundi, quand le Dr Moore a « fortement » recommandé le port du masque dans les lieux publics et indiqué qu’il « discute et examine » la possibilité de l’exiger à nouveau dans les écoles.

Lundi, le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, n’a pas non plus exclu de réinstaurer le port du masque obligatoire dans les champs de compétence d’Ottawa, se disant « conscient que la situation dans les hôpitaux, y compris les hôpitaux pédiatriques, est critique ».

« On a toujours dit qu’on allait faire tout ce que la Santé publique nous demandait de faire », a-t-il déclaré, en ajoutant que le Canada et le Québec sont en retard, par rapport à d’autres régions du monde, pour aller chercher les doses de rappel de vaccin contre la COVID-19.

Les enfants sont, pour l’instant, les personnes les plus touchées par la vague de virus respiratoires qui déferle sur le Canada. Cela s’explique en partie par une faible exposition à des virus pendant la pandémie, qui a limité le développement de l’immunité des bambins.

Mais la grippe, dont la « souche virale est un peu plus violente que ce qu’on a l’habitude de voir », pourrait toucher les personnes plus âgées, indiquait dimanche au Devoir le professeur au Département de sciences biologiques de l’Université du Québec à Montréal et expert en virologie Benoit Barbeau.

Avec La Presse canadienne

À voir en vidéo