Le président de l’Ordre des dentistes démissionne dans la tourmente

Selon des commentaires publiés sur la page Facebook d’un groupe privé de dentistes, plusieurs s’indignent des hausses de la cotisation obligatoire imposées cette année aux dentistes par l’ODQ. Surtout au moment où les dirigeants se sont attribué des hausses de salaire jugées par certains «excessives».
Photo: Getty Images / iStockphoto Selon des commentaires publiés sur la page Facebook d’un groupe privé de dentistes, plusieurs s’indignent des hausses de la cotisation obligatoire imposées cette année aux dentistes par l’ODQ. Surtout au moment où les dirigeants se sont attribué des hausses de salaire jugées par certains «excessives».

Le président de l’Ordre des dentistes du Québec (ODQ) a remis sa démission au lendemain d’une assemblée générale annuelle houleuse lors de laquelle un projet de révision des mesures de prévention des infections et la gestion interne de l’organisme ont été vertement critiqués par les quelque 800 dentistes présents.

Dans un message publié sur sa page Facebook à titre de président de l’ordre, le Dr Guy Lafrance a annoncé dimanche qu’il tirait sa révérence en raison de la « pression importante » et des effets de la pandémie sur son humeur générale et sa santé.

En poste depuis novembre 2019, le Dr Lafrance a dit avoir connu un mandat ardu en raison de la crise sanitaire, et avoir dû gérer certains dossiers « difficiles ».

Cette démission survient au lendemain d’une assemblée générale virtuelle tenue samedi, qualifiée de « mascarade » par certains dentistes qui y ont participé.

En plus du récent projet contesté de révision des normes de stérilisation, qui avait provoqué en octobre un tollé chez les dentistes et dans les cliniques dentaires, la récente hausse de salaire que se sont attribuée les dirigeants de l’ODQ est venue s’ajouter au mécontentement généralisé.

L’Ordre n’a pas rappelé Le Devoir mardi, qui voulait en savoir plus sur les raisons du départ de son président.

Hausses de la cotisation et des salaires des dirigeants

 

Selon des commentaires publiés sur la page Facebook d’un groupe privé de dentistes, plusieurs s’indignent des hausses de la cotisation obligatoire imposées aux membres cette année par l’ODQ. Surtout au moment où la présidence et la direction générale se sont attribué des hausses de salaire jugées par certains « excessives », alors que l’organisme accuse un déficit de plus de 1 million de dollars.

Selon le rapport annuel 2020-2021 de l’ODQ, le président de l’ordre a touché cette année-là un salaire annuel de 278 000 $, en sus de ses revenus de dentiste, et la directrice générale, un salaire de plus de 300 000 $.

En plus de remettre en question la gestion interne de leur ordre professionnel, bien des dentistes estiment que la future réforme des normes de prévention des infections qu’il propose les obligerait à augmenter leurs tarifs de façon inconsidérée et limiterait l’accès aux soins dentaires de leurs patients.

« La seule chose qu’on peut dire, c’est qu’on espère que le successeur du Dr Lafrance soit davantage réaliste et à l’écoute des dentistes », a fait savoir mardi le Dr Carl Tremblay, président de l’Association des chirurgiens dentistes du Québec.

« Augmenter les cotisations sans gérer les déficits n’est pas une solution. On ne peut pas non plus hausser les tarifs demandés aux clients sans mieux gérer les propres dépenses de notre ordre professionnel », a indiqué Pierre Millette, vice-président aux affaires intergouvernementales de l’association Dentistes propriétaires du Québec.

À voir en vidéo