La fin de la pandémie de COVID-19 est en vue, estime le patron de l’OMS

«Nous pouvons tous voir la ligne d’arrivée, nous sommes en passe de gagner, mais ce serait vraiment le plus mauvais moment de s’arrêter de courir», a insisté le patron de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne «Nous pouvons tous voir la ligne d’arrivée, nous sommes en passe de gagner, mais ce serait vraiment le plus mauvais moment de s’arrêter de courir», a insisté le patron de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le monde n’a jamais été en aussi bonne position pour mettre fin à la pandémie de COVID-19, qui a tué des millions de personnes depuis la fin 2019, a affirmé mercredi le patron de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus.

« La semaine dernière, le nombre de décès hebdomadaires de la COVID-19 est tombé au plus bas depuis mars 2020. Nous n’avons jamais été dans une meilleure position pour mettre fin à la pandémie », a dit le Dr Tedros lors d’un point de presse à Genève.

Il a toutefois mis en garde : « Nous n’y sommes pas encore, mais la fin est à portée de main. Quelqu’un qui court un marathon ne s’arrête pas quand il aperçoit la ligne d’arrivée. Il court plus vite, avec toute l’énergie qui lui reste. Et nous aussi, a-t-il souligné. Nous pouvons tous voir la ligne d’arrivée, nous sommes en passe de gagner, mais ce serait vraiment le plus mauvais moment de s’arrêter de courir. »

« Si nous ne saisissons pas cette occasion, nous courons le risque d’avoir plus de variants, plus de morts, plus de perturbations et plus d’incertitude », a mis en garde le Dr Tedros.

Selon le dernier rapport épidémiologique sur la COVID-19 publié après la conférence de presse par l’OMS, le nombre de cas a chuté de 28 % durant la semaine du 5 au 11 septembre par rapport à la semaine précédente, avec quelque 3,1 millions de nouvelles infections déclarées. Le nombre de décès a reculé pour sa part de 22 %, à un peu moins de 11 000, sur la même période.

Nous pouvons tous voir la ligne d’arrivée, nous sommes en passe de gagner, mais ce serait vraiment le plus mauvais moment de s’arrêter de courir

 

Le nombre d’infections est sans doute beaucoup plus élevé, notamment parce que les cas bénins ne sont pas forcément déclarés, mais aussi parce que de très nombreux pays ont plus ou moins démantelé leur capacité de dépistage.

Une étude de l’organisation basée sur des projections et des évaluations publiée en mai faisait état de 13 à 17 millions de décès supplémentaires à cause de la COVID-19 à la fin 2021.

Le chiffre officiel est d’un peu plus de 6,4 millions de morts de la COVID-19 depuis le début de la pandémie, en 2020, jusqu’à la mi-septembre 2022.

Des conseils aux pays membres

En même temps que le Dr Tedros lançait son message d’espoir, l’OMS a publié six guides destinés à ses États membres afin de leur permettre de rapidement mettre derrière eux cette crise sanitaire qui a coûté des milliers de milliards de dollars en matière de croissance, a paralysé pendant de longs mois des pans entiers de l’économie mondiale et a mis à nu les inégalités dans le monde.

On se souviendra notamment que les pays riches ont accaparé les doses de vaccins disponibles et que les taux d’immunisation restent encore insuffisants dans nombre de pays pauvres.

Ces recommandations « sont un appel urgent aux gouvernements à se pencher sérieusement sur leurs politiques, à les renforcer contre la COVID-19 et les pathogènes futurs qui pourraient avoir le potentiel de provoquer une pandémie », a souligné le patron de l’organisation onusienne. Parmi ces recommandations, des messages que l’OMS répète depuis presque deux ans et depuis l’arrivée des vaccins : immuniser 100 % des personnes vulnérables et des travailleurs de la santé, poursuivre les programmes de dépistage et de séquençage génique — ce dernier permettant notamment de suivre à la trace de nouveaux variants potentiellement dangereux.

« Nous pouvons mettre un terme à cette pandémie ensemble, mais seulement si les pays, les entreprises, les communautés et les individus se mobilisent et saisissent l’occasion », a répété le Dr Tedros.

À voir en vidéo