Réduction de 21% des cas recensés de variole simienne, selon l’OMS

Bavarian Nordic, le laboratoire danois produisant le seul vaccin autorisé contre la variole simienne, a annoncé mercredi un accord avec l’OMS pour faciliter sa distribution dans les pays d’Amérique latine et aux Caraïbes.
Joe Raedle Getty Images via Agence France-Presse Bavarian Nordic, le laboratoire danois produisant le seul vaccin autorisé contre la variole simienne, a annoncé mercredi un accord avec l’OMS pour faciliter sa distribution dans les pays d’Amérique latine et aux Caraïbes.

L’OMS a indiqué jeudi avoir observé une réduction de 21 % des nouveaux cas de variole simienne recensés la semaine dernière dans le monde, avec un début de ralentissement de l’épidémie en Europe.

Mais l’Organisation mondiale de la santé est loin de se réjouir de la situation, car elle constate une « transmission intense » de l’épidémie sur le continent américain.

« Au début de l’épidémie, la plupart des cas signalés se trouvaient en Europe, et une plus petite partie dans les Amériques. Cette situation s’est maintenant inversée, avec moins de 40 % des cas signalés en Europe et 60 % dans les Amériques », a affirmé le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse.

« En Amérique latine en particulier, la prise de conscience insuffisante ou des mesures de santé publique insuffisantes, combinée au manque d’accès aux vaccins, attise l’épidémie », a-t-il relevé.

Auparavant limitée à l’Afrique centrale et de l’Ouest, la variole simienne s’est propagée depuis mai dans d’autres parties du monde notamment en Europe et aux États-Unis, avec un total de 44 464 cas recensés au 24 août dans le monde, dont 13 décès, selon le dernier bilan en ligne de l’OMS.

Après quatre semaines consécutives semaines consécutives d’augmentation, le nombre de cas signalés dans le monde a diminué de 21 % au cours du 15 au 21 août, par rapport à la semaine précédente, selon le rapport hebdomadaire de l’OMS sur la variole simienne.

Selon ce rapport, au cours des sept derniers jours, deux pays ont signalé leur premier cas : l’Iran et l’Indonésie.

« Il y a des signes qui indiquent que l’épidémie ralentit en Europe, où une combinaison de mesures de santé publique efficaces, de changements de comportement et de vaccination contribue à prévenir la transmission », a expliqué le Dr Tedros.

L’OMS a déclenché le 24 juillet le plus haut niveau d’alerte, l’« urgence de santé publique de portée internationale », pour renforcer la lutte contre la maladie.

Bavarian Nordic, le laboratoire danois produisant le seul vaccin autorisé contre la variole simienne, a annoncé mercredi un accord avec l’OMS pour faciliter sa distribution dans les pays d’Amérique latine et aux Caraïbes.

« Nous remercions Bavarian Nordic pour cet accord, et nous espérons qu’il contribuera à maîtriser l’épidémie dans la région », a déclaré le Dr Tedros jeudi.

« L’OMS continue d’encourager tous les pays à mettre en place des études sur l’efficacité des vaccins afin de garantir la collecte de données tout en améliorant l’accès » aux doses, a-t-il dit.

Commercialisé par Bavarian Nordic sous le nom de Jynneos en Amérique du Nord et d’Imvanex en Europe, c’est un vaccin contre la variole humaine, maladie mortelle éradiquée en 1980, qui est utilisé actuellement contre la variole simienne.

À voir en vidéo