La MRC de Bécancour se mobilise pour garder son urgence

Il manque actuellement 1000 médecins omnipraticiens au Québec pour répondre aux besoins de la population, selon la FMOQ.
Photo: Katarzyna Bialasiewicz Getty Images Il manque actuellement 1000 médecins omnipraticiens au Québec pour répondre aux besoins de la population, selon la FMOQ.

Le manque de médecins continue de causer des soucis dans certaines régions du Québec. Dans le Centre-du-Québec, il pourrait même devenir un enjeu électoral.

Depuis le 1er juin, l’urgence de Fortierville est fermée toute la nuit. Une situation vivement dénoncée par les élus locaux, qui pressent le gouvernement de leur venir en aide.

Pour se faire entendre, la MRC de Bécancour a lancé une offensive publicitaire dans les médias et sur les réseaux sociaux. « L’urgence de Fortierville a besoin de ses médecins dépanneurs ! […] La communauté se mobilise », lit-on sur une de ses affiches.

Médecins dépanneurs

 

Fortierville est une petite communauté rurale de 700 personnes entre les municipalités régionales de Lotbinière et de Bécancour. Sa petite urgence, où travaillent un ou deux médecins à la fois, dessert aussi les municipalités environnantes. Lorsqu’elle est fermée, les patients en situation critique doivent se rendre à l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska (à Victoriaville) à 50 minutes de voiture, ou encore à Trois-Rivières à 1 heure de route.

« On n’est pas une population de 100 000 personnes, mais la population qui est ici, elle en a besoin », plaide le préfet de la MRC, Mario Lyonnais, qui sera candidat pour le Parti conservateur du Québec aux prochaines élections. « Il y a des gens de partout qui viennent à notre urgence. Des gens de la MRC de l’Érable, de Lotbinière, parce qu’on a vraiment un bon service. »

Pour M. Lyonnais, « c’est sûr » qu’il en sera question localement pendant la campagne électorale. Le candidat du Parti québécois, Philippe Dumas, a également donné son soutien aux démarches de la MRC dans le dossier de l’urgence.

Le dossier s’est enlisé progressivement ces dernières années. Les heures d’ouverture avaient déjà été réduites une première fois en 2020, quand l’urgence a cessé de fonctionner à compter de minuit.

À la suite de cela, le départ de nombreux médecins a fragilisé l’ensemble du service. Selon le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (MCQ), sur une équipe de dix personnes, cinq ont alors plié bagage vers leur retraite ou pour réorienter leur carrière.

Ceux qui sont restés ont dû porter le service à bout de bras, souligne le préfet Lyonnais.

C’est dans ce contexte que le CIUSSS a décidé de recourir au programme des médecins dépanneurs, qui finance l’envoi de médecins en région éloignée de façon ponctuelle.

Or, Fortierville n’a plus accès à ce programme depuis le début de l’été, ce qui a entraîné une autre réduction des heures d’ouverture. Plutôt que de fermer à minuit, l’urgence cesse désormais ses activités dès 20 h.

Moins déplorable qu’ailleurs

Pourquoi les médecins dépanneurs ont-ils cessé leur aide ? Parce que seules les urgences ouvertes 24 heures sur 24 ont accès au programme, soutient le ministère de la Santé. Ces derniers mois, l’urgence de Fortierville en bénéficiait en vertu d’une exception.

« Le service d’urgence de Fortierville ne se qualifie plus selon les termes de l’entente avec la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), puisqu’il n’est maintenant plus ouvert 24-7 », a indiqué au Devoir le porte-parole du ministère, Robert Maranda.

Au dire de la FMOQ, c’est une question « d’équité ». « Les médecins qui iraient là n’iraient nécessairement pas ailleurs », explique son porte-parole, Jean-Pierre Dion. Chibougamau, par exemple, manque aussi de médecins dépanneurs, et la municipalité est beaucoup plus isolée que Fortierville, fait-il valoir.

Pour ramener les médecins dépanneurs à Fortierville, poursuit-il, il faudrait revoir l’entente de la FMOQ avec le gouvernement du Québec. Or, on risquerait alors de déshabiller Pierre pour habiller Paul, explique-t-il. La FMOQ allègue qu’il manque actuellement 1000 médecins omnipraticiens au Québec pour répondre aux besoins de la population.

Au CIUSSS MCQ, on table sur le recrutement de nouveaux médecins plutôt que sur le programme de médecins dépanneurs pour pallier le problème. La « modulation des services » est « exceptionnelle », affirme la porte-parole, Caroline Morin. « En aucun temps, le CIUSSS MCQ ne remet en question l’offre de service de Fortierville. »