Un nouveau vaccin de Moderna plus efficace contre Omicron?

Moderna affirme avoir obtenu des résultats probants pour un vaccin adapté à Omicron.
David Ryder Getty Images / Agence France-Presse Moderna affirme avoir obtenu des résultats probants pour un vaccin adapté à Omicron.

Ce texte est tiré de notre infolettre « Le Courrier du coronavirus » du 13 juin 2022. Pour vous abonner, cliquez ici.

La compagnie pharmaceutique Moderna s’est vantée, la semaine dernière, du fait que son vaccin de deuxième génération contre la COVID-19 démontrait une efficacité « supérieure » pour Omicron. Cette nouvelle formule adaptée à ce variant, prévue pour commercialisation à l’automne, laisse perplexes les experts consultés par Le Devoir.

« Nous prévoyons une protection plus durable contre les variants préoccupants de la part [du vaccin de deuxième génération], ce qui en fait notre principal candidat pour un rappel à l’automne 2022 », a clamé mercredi dernier Stéphane Bancel, la tête dirigeante de l’entreprise, dans un communiqué destiné aux investisseurs.

Ce communiqué divulgue peu de données scientifiques. Il précise que cette nouvelle version du vaccin induit des niveaux « d’anticorps significativement plus élevés » contre les différents variants. Les effets secondaires ressemblent à ceux du vaccin de Moderna de première génération. Il s’agit d’un vaccin dit « bivalent », une sorte de « 2 en 1 », qui cible à la fois la souche originale de Wuhan et la souche Omicron BA.1.

« Tant que les données ne sont pas publiées dans leur entièreté […], on ne pourra pas vraiment se prononcer sur l’efficacité de ce nouveau vaccin », estime la Dre Cécile Tremblay, immunologiste et infectiologue au CHUM. Mais si les données sont concluantes, ce vaccin pourrait effectivement contribuer à atténuer les dangers de la prévisible vague automnale, croit-elle.

À condition que ce soit encore Omicron qui circule au Québec dans quelques mois. L’an dernier à pareille date, c’était Delta qui contaminait la population, et personne ne savait alors quel serait l’ennemi de l’hiver 2021-2022.

Ce nouveau vaccin n’est pas plus miraculeux que les précédents, fait remarquer Alain Lamarre, expert en virologie à l’Institut national de la recherche scientifique. « Il se peut que ce vaccin protège bien contre une forme grave [de la maladie], mais il faudrait commencer à avoir un vaccin qui va contrôler la transmission. C’est ça qui fait défaut en ce moment. »

Ce nouveau candidat est tout de même prometteur par sa capacité à neutraliser non seulement Omicron, mais aussi les autres variants déjà connus. « On ne voudrait pas un vaccin qui protège bien contre Omicron, mais moins bien contre les anciennes versions du virus, car on s’exposerait à un espace de trou immunitaire, où on pourrait être infectés par d’autres variants qui sont toujours parmi la population. »

Les deux experts s’accordent pour dire qu’il est « réaliste » d’espérer obtenir une dose de ce vaccin à l’automne.



À voir en vidéo