Un nouveau traitement pour les femmes ayant souffert d'un fibrome

Toronto — Il y a de l'espoir pour les femmes qui veulent avoir des enfants mais qui ont souffert d'un fibrome, une tumeur bénigne de l'utérus.

Selon une étude de l'université de Toronto dévoilée hier, une femme qui suivrait un traitement relativement nouveau appelé «embolisation de l'artère utérine» pourrait porter un enfant et lui donner naissance. Auparavant, les médecins doutaient qu'une grossesse puisse être menée à terme après le traitement classique.

«Des femmes plus âgées avec des antécédents de fausses couches et de problèmes des fonctions reproductrices ont mené à terme leur grossesse après ce traitement, et cela pourrait nourrir l'espoir d'autres femmes», a déclaré une épidémiologiste de l'université de Toronto, Gaylene Pron, coauteure de l'étude qui sera publiée dans l'édition de janvier du magazine Obstetrics & Gynecology.

Toutefois, elle a concédé qu'il n'existe toujours aucun moyen de déterminer les probabilités de devenir enceinte après avoir subi l'embolisation. Cette opération non chirurgicale consiste à couper l'alimentation en sang du fibrome afin de le faire rapetisser.

«Nous ignorons quelles sont ces probabilités parce que notre échantillon de femmes était trop petit pour nous éclairer là-dessus», a-t-elle ajouté.

Les résultats de cette recherche ont été obtenus un peu par hasard. Les chercheurs évaluaient les femmes qui avaient choisi l'embolisation plutôt que l'hystérectomie. Or, parmi les 555 patientes âgées entre 27 et 42 ans qui ont été suivies, 21 sont devenues enceintes, notamment trois d'entre elles à deux reprises. Pas moins de 18 des sujets ont accouché.

L'étude a aussi révélé que trois des femmes présentaient des problèmes de placement du placenta, et cette donnée s'avère aussi utile pour le corps médical, a précisé Mme Pron. Elle a recommandé aux médecins de les suivre attentivement avec des ultrasons afin de s'assurer que le placenta soit bien en place.

L'épidémiologiste espère que cette étude contribuera à démontrer que des enquêtes de plus grande envergure dans ce domaine sont nécessaires.