L’urgence de l’Hôpital du Suroît sera modernisée et agrandie

L’urgence de l’Hôpital du Suroît a connu une crise en septembre dernier. Le centre hospitalier a dû fermer pendant 16 heures ses services ambulatoires, en raison d’un manque de personnel et d’un achalandage élevé.
Jacques Nadeau Le Devoir L’urgence de l’Hôpital du Suroît a connu une crise en septembre dernier. Le centre hospitalier a dû fermer pendant 16 heures ses services ambulatoires, en raison d’un manque de personnel et d’un achalandage élevé.

Le gouvernement Legault a annoncé, lundi, un investissement de 200 millions de dollars pour rénover l’Hôpital du Suroît, situé à Salaberry-de-Valleyfield. L’urgence sera modernisée et agrandie pour atteindre une superficie dépassant 9000 mètres carrés. La direction du CISSS de la Montérégie-Ouest espère que les travaux seront terminés en 2025.

Le député de Beauharnois, Claude Reid, a procédé à l’annonce au nom du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé. Il était accompagné de la députée de Soulanges, Marilyne Picard, et de la députée d’Huntingdon, Claire IsaBelle.

Lors de la conférence de presse, Claude Reid a indiqué que les travaux effectués à l’urgence visent à « pallier le manque d’espace généralisé » et « améliorer l’organisation en vue d’une meilleure prévention des infections et prise en charge de la clientèle ». L’urgence réaménagée comptera le même nombre de civières, soit 32.

« C’est la configuration qui va changer », a précisé le président-directeur général du CISSS de la Montérégie-Ouest, Philippe Gribeauval, rappelant que les patients n’ont pas leur place dans les corridors.

Philippe Gribeauval s’est réjoui de cet investissement « colossal » dans l’Hôpital du Suroît. Le dernier agrandissement majeur remontait à 1982. « L’urgence avait besoin de cet espace-là, avait besoin qu’on puisse recevoir la population dans des installations dignes de ce nom et on va pouvoir le faire », a-t-il dit. Il estime que ces nouvelles infrastructures contribueront à attirer du personnel.

« Je souhaite qu’elle [l’urgence] ouvre bien avant le nouvel hôpital [de Vaudreuil-Soulanges] pour des raisons évidentes, a-t-il ajouté. Concrètement, ce qu’on vise, c’est 2025. Tout le monde me dit que c’est un échéancier très ambitieux. Mais si on ne le vise pas, on n’y arrivera pas. »

32 heures et 36 minutes

L’urgence de l’Hôpital du Suroît a connu une crise en septembre dernier. Le centre hospitalier a dû fermer pendant 16 heures ses services ambulatoires, en raison d’un manque de personnel et d’un achalandage élevé. En 2021-2022, l’urgence a enregistré l’un des pires scores au Québec : sa durée moyenne de séjour sur civière s’est élevée à 32 heures et 36 minutes, contre une moyenne de 16 heures 45 minutes au Québec, selon des données obtenues auprès du ministère de la Santé et des Services sociaux.

La situation s’est depuis améliorée, selon Dominique Pilon, directeur des activités hospitalières de l’hôpital du Suroît. En point de presse, il a souligné que 30 patients se trouvaient sur civière lundi à 14 h, contre 52 à la même date l’an dernier.

D’autres travaux sont prévus dans le cadre de cet investissement de 200 millions de dollars. Le bâtiment sera doté d’une façade vitrée et l’unité de retraitement des dispositifs médicaux sera réaménagée d’ici mai 2023.

À voir en vidéo