Un nouveau modèle d’urgence bientôt testé à Québec

L’ancienne urgence de Jeffery Hale avait été convertie en clinique désignée d’évaluation COVID-19 durant la pandémie et a rouvert il y a tout juste un mois.
Photo: Google Maps L’ancienne urgence de Jeffery Hale avait été convertie en clinique désignée d’évaluation COVID-19 durant la pandémie et a rouvert il y a tout juste un mois.

À défaut d’avoir un médecin de famille, les gens de Québec pourront bientôt se tourner vers une nouvelle urgence consacrée aux problèmes de santé mineurs à l’hôpital Jeffery Hale. Un projet pilote lancé au moment où la région s’illustre pour la longueur de sa liste d’attente en première ligne.

« On va répondre aux besoins à court terme », a déclaré le p.-d.g. du CIUSSS de la Capitale-Nationale, Guy Thibodeau, lors de l’annonce de l’ouverture de l’urgence lundi matin.

La nouvelle clinique se consacrera aux urgences de priorité 4 et 5 (P4, P5), celles-là mêmes pour lesquelles les patients doivent attendre actuellement de longues heures dans les urgences d’autres hôpitaux.

Le nouveau service sera ouvert au public de 8 h à 20 h. Il devrait permettre en outre de répondre aux besoins des gens qui n’ont pas de médecin de famille ou en ont un, mais sont incapables de le voir.

À l’heure actuelle, le CIUSSS de la Capitale-Nationale est celui qui compte le plus grand nombre de personnes n’étant pas suivies par un médecin de famille. Ces patients orphelins sont au nombre de 153 607, devant le CISSS de l’Est-de-Montréal (150 609) et celui des Laurentides (143 771), d’après des statistiques datant de février fournies par le ministère de la Santé.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale est d’ailleurs celui qui a obtenu le plus de fonds pour déployer le nouveau guichet d’accès à la première ligne (GAP) soit 4 millions de dollars, loin devant les Laurentides (3,2 millions) et Montérégie-Est (3,2 millions).

Questionnée sur ces données, l’organisation a souligné au Devoir que le taux d’inscription de sa population à un médecin de famille était dans la moyenne québécoise, qui oscille autour de 78 %.

Le CIUSSS fait valoir en outre qu’une forte proportion des patients orphelins sont inscrits au guichet d’accès (75 %). « Ainsi, nous pourrons capter plus facilement cette clientèle lors de la mise en place du guichet d’accès à la première ligne et la rejoindre directement », a indiqué une porte-parole.

« Québec désavantagée »

Il n’en reste pas moins que le manque de médecins de famille a récemment été aggravé par la fermeture récente de la Clinique Saint-Louis, l’une des rares à offrir un service de sans rendez-vous sur le territoire. Là comme ailleurs, cette clinique a fermé en raison du départ à la retraite de nombreux médecins.

Questionné à ce sujet, M. Thibodeau a rétorqué que le nouveau service n’allait pas seulement « compenser » les heures de sans rendez-vous qui avaient été perdues, mais en ajouter.

Lors de l’annonce, la députée Joëlle Boutin, qui représentait pour l’occasion le ministre de la Santé, Christian Dubé, a déclaré que Québec était « désavantagée par rapport aux PREM », les plans régionaux d’effectifs médicaux qui déploient les finissants en médecine sur le territoire. « Tous les députés de la Capitale-Nationale voient un peu les médecins qui partent pour prendre leur retraite [comme une chose] inquiétante », a aussi lancé Mme Boutin.

Des IPS en renfort

Rappelons que l’ancienne urgence du Jeffery Hale avait dû fermer ses portes en avril 2020 en raison de la pandémie. Elle avait par la suite été convertie en clinique désignée d’évaluation COVID-19 et a rouvert il y a tout juste un mois.

Anciennement, on y traitait environ 24 000 personnes par année. Un bilan qui pourrait passer à 30 000, selon le p.-d.g. du CIUSSS. Comment ? En misant sur une nouvelle approche multidisciplinaire et l’ajout de nouveaux professionnels absents de l’ancienne urgence : deux infirmières praticiennes, un pharmacien ou une pharmacienne ainsi qu’un ou une physiothérapeute.

En cas de succès, la logique voudrait que la formule soit reprise ailleurs. Or dans la mesure où il s’agit d’un projet pilote évalué après six mois, il serait étonnant qu’on annonce l’ouverture de nouvelles cliniques de ce genre ailleurs au Québec d’ici aux élections d’octobre.

Avec Marie-Ève Cousineau

À voir en vidéo