Une moyenne de 17 heures d’attente sur civière aux urgences

Les patients restent de plus en plus longtemps sur des civières dans les urgences au Québec. La durée moyenne de séjour sur civière a atteint 16 heures et 45 minutes l’an dernier, soit 51 minutes de plus que l’année précédente, indiquent des données obtenues auprès du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Le gouvernement Legault rate ainsi sa cible de 2021-2022, fixée à 12,5 heures dans le Plan stratégique 2019-2025 du MSSS.

Cet objectif ministériel apparaît hors d’atteinte pour bien des centres hospitaliers. Dans 23 hôpitaux, la durée moyenne de séjour sur civière était de plus de 20 heures en 2021-2022. À l’hôpital du Suroît, situé à Salaberry-de-Valleyfield, en Montérégie, elle était de 32 heures et 36 minutes.

« C’est un signe que ça ne va pas dans la bonne direction, dit le Dr Gilbert Boucher, président de l’Association des spécialistes en médecine d’urgence du Québec. Il faut une meilleure gestion et un meilleur flux hospitalier. »

Le délai d’attente sur civière grimpe d’année en année depuis cinq ans, montrent les données du MSSS. Le nombre de patients sur civière pendant 48 heures ou plus a plus que doublé, passant de 29 806 en 2017-2018 à 64 494 en 2021-2022.

« C’est énorme, indique la Dre Judy Morris, présidente de l’Association des médecins d’urgence du Québec. C’est le signal qu’il n’y a pas de lit dans les hôpitaux pour [les patients sur civière]. Ils traînent à l’urgence plus longtemps qu’on le voudrait. Ça montre que l’élastique est comme étiré au maximum dans une grosse partie du réseau. »

Selon le Dr Boucher, un séjour de 48 heures à l’urgence n’a pas sa raison d’être. « C’est associé avec une augmentation de la mortalité », signale-t-il. Les malades se rétablissent aussi moins vite. « Si vous avez besoin de sept jours d’hospitalisation pour une pneumonie et que vous passez deux jours à l’urgence, votre journée 1 commence quand vous arrivez à l’étage, affirme-t-il. C’est vraiment du temps perdu. »

Des « enjeux structurels »

Au cabinet du ministre Christian Dubé, on fait valoir que la situation dans les urgences dépend d’« enjeux structurels » présents « depuis des dizaines d’années » et exacerbés par la pandémie.

« Beaucoup trop de patients sont en attente d’une place soit dans un CHSLD soit dans un autre lieu d’hébergement, explique l’attachée de presse du ministre, Marjaurie Côté-Boileau. Bien que nous ayons augmenté de 2500 le nombre de lits disponibles en CHSLD pour ces personnes, le manque de personnel et le vieillissement de la population accentuent la pression aux urgences. »

Le cabinet rappelle que le plan de Christian Dubé vise à diriger le patient « au bon endroit, au bon moment ». « En parallèle, nous avons déjà posé des actions pour suivre les indicateurs de gestion des 25 urgences en moins bon état au Québec, en plus de travailler en collaboration avec les ambulanciers paramédicaux pour que 60 000 transports vers les urgences soient redirigés vers d’autres ressources dès cette année », ajoute Mme Côté-Boileau.

Le Dr Boucher croit qu’il est grand temps que les hôpitaux québécois se dotent d’un coordonnateur médical à l’urgence et d’un centre de commandement afin d’améliorer la fluidité hospitalière. « Ça va prendre quelqu’un, dans les hôpitaux, qui va faire la coordination des soins, parce que juste au jour le jour, laisser l’urgence toute seule, ça ne fonctionne pas », estime-t-il.

L’Hôpital général juif, à Montréal, a mis en place de telles initiatives. Sa durée moyenne de séjour sur civière était de 12 heures et 46 minutes en 2021-2022, contre 11 heures et 58 minutes en 2020-2021, et 11 heures et 44 minutes en 2017-2018.

Le directeur des activités hospitalières de l’hôpital du Suroît, Dominique Pilon, a visité à deux reprises l’Hôpital général juif depuis l’automne dernier. Son centre hospitalier a dû suspendre ses services ambulatoires pendant 16 heures à la mi-septembre. Depuis, la direction a mis sur pied une « équipe fluidité » ; elle travaille aussi à l’élaboration d’un centre de commandement.

« Depuis janvier, le nombre d’usagers sur civière a diminué de 25 %, dit Dominique Pilon. Il est passé de 58 à 42 lorsqu’on prend une “photo” de la situation à 10 h. » L’hôpital précise que les patients sur civière ne se retrouvent pas dans des corridors, mais dans des chambres. L’unité de débordement de l’urgence est située dans des installations neuves encore inoccupées.

Le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, lui, affirme avoir mis en place un « grand projet de mobilisation » pour améliorer la « fluidité hospitalière » à l’hôpital Notre-Dame. Le centre hospitalier a enregistré une durée moyenne de séjour sur civière de 27 heures et 34 minutes en 2021-2022. Le CIUSSS explique ce long temps d’attente par la clientèle aux prises avec des « situations complexes » (itinérance, toxicomanie, prostitution, population à faible revenu, nombre élevé de personnes âgées) et requérant « l’implication de plusieurs services ».

L’accessibilité des lits est un problème, ajoute le CIUSSS. « Depuis le début de la pandémie, il y a plus ou moins 72 lits de courte durée fermés et le report de l’ouverture d’une unité de 32 lits », écrit-on dans un courriel.

Le CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal, pour sa part, souligne qu’on ne peut comparer l’urgence de l’hôpital en santé mentale Albert-Prévost — qui obtient le pire score au Québec — avec celle d’autres centres hospitaliers dont la vocation est fort différente. Le CIUSSS indique toutefois que l’hôpital a connu une hausse de 10 % des admissions depuis l’an dernier. « Lorsque nos unités sont pleines, on doit garder les patients plus longtemps à l’urgence le temps qu’un lit se libère à l’étage », précise-t-on. De nombreux patients doivent aussi être gardés à l’urgence, faute d’endroit où dormir.

Avec Sandrine Vieira

Les cinq pires urgences selon la durée moyenne de séjour sur civière

Hôpital en santé mentale Albert-Prévost : 33 heures et 42 minutes
Hôpital du Suroît : 32 heures et 36 minutes
Hôpital régional de Saint-Jérôme : 28 heures et 22 minutes
Hôpital Royal Victoria : 27 heures et 40 minutes  
Hôpital Notre-Dame : 27 heures et 34 minutes
 

À voir en vidéo