Deux fois plus de grippe en une semaine

Dre Mylène Drouin a souligné au «Devoir» que le masque était une mesure efficace pour limiter la transmission de la COVID-19, mais aussi le virus de la grippe.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Dre Mylène Drouin a souligné au «Devoir» que le masque était une mesure efficace pour limiter la transmission de la COVID-19, mais aussi le virus de la grippe.

La saison de la grippe est bien entamée au Québec. Le nombre de cas a doublé depuis une semaine, indique le dernier rapport de surveillance de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) mis en ligne mardi. Selon le Dr Gaston De Serres, médecin-épidémiologiste à l’INSPQ, le pic d’influenza devrait être atteint vers la mi-mai.

Les hôpitaux québécois ont analysé quelque 1900 spécimens de virus respiratoires du 9 au 16 avril dernier. Parmi ceux-ci, 11,6 % se sont révélés positifs à l’influenza A ou à l’influenza B, soit 219. Lors de la semaine précédente, le taux de positivité s’élevait à 6,9 %, ce qui portait le nombre de cas à 113.

« On a de grandes chances d’atteindre le pic de l’éclosion actuelle à la mi-mai, puis de voir les cas descendre à partir de là, dit le Dr De Serres. Quand on voit monter les cas et le taux de positivité, généralement quatre ou cinq semaines plus tard, on arrive aux périodes de plus forte transmission. »

Une mauvaise nouvelle pour les hôpitaux, qui sont frappés par une sixième vague de COVID-19. Le Québec comptait 2281 hospitalisations liées à la COVID-19 mardi, soit une augmentation de 61 par rapport à la veille.

« C’est certain que le fait d’avoir l’influenza alors qu’on a encore une forte incidence de la COVID, on n’est pas très heureux de ça, indique le Dr De Serres. On s’attend à ce que les cas de COVID plafonnent bientôt, mais je dirais que, dans les prochaines semaines, cette augmentation des cas d’influenza va ajouter un fardeau dans les hôpitaux dont on n’a absolument pas besoin. »

En entrevue avec Le Devoir, la directrice régionale de santé publique de Montréal, la Dre Mylène Drouin, avait souligné que le masque était une mesure efficace pour limiter la transmission de la COVID-19, mais aussi le virus de la grippe.

Le directeur national de santé publique du Québec par intérim, le Dr Luc Boileau, doit décider prochainement si le port du masque demeurera exigé dans les lieux intérieurs après la fin d’avril.

À voir en vidéo