Près de 6 % des Québécois forcés de s’isoler à cause de la COVID-19

Près de 6 % des Québécois ont été contraints de se placer en isolement la semaine dernière à cause de la COVID-19, selon les plus récentes données du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO), ce qui a provoqué un nouveau retard dans la reprise économique.

La probabilité d’être en isolement grimpe à 11 % chez les 18 à 29 ans, tandis qu’elle est à 6,8 % chez les 30-39 ans, selon les statistiques du CIRANO.

Rien de surprenant pour Roxane Borgès Da Silva, une des coautrices de l’étude. Les jeunes ont été parmi les plus touchés par la fermeture des restaurants, des bars et des salles de spectacle et de cinéma. « Avec le relâchement des mesures sanitaires, c’est certainement ceux qui fréquentent le plus ces espaces-là », explique-t-elle.

L’isolement frappe aussi tout particulièrement les parents d’enfants de 5 à 12 ans. Environ 8,4 % d’entre eux seraient forcés de rester à la maison. Encore là, cette proportion n’a rien de surprenant pour Mme Borgès Da Silva, car « on sait que la COVID-19 se propage beaucoup à l’école ».

Avec environ 6 % des Québécois à la maison, « ça fait beaucoup de gens en isolement dans tous les secteurs de travail », fait-elle remarquer.

La 6e vague a un impact à « géométrie variable », souligne toutefois le président du Conseil du patronat du Québec, Karl Blackburn.

Dans les grandes entreprises, « les gens sont capables de maintenir le travail, de se réorganiser à l’interne », dit-il. L’absentéisme est plus grave dans les entreprises de petite taille. « Quand il y a cinq travailleurs dans un commerce, comme dans un restaurant, et qu’un ou deux attrapent la COVID-19, dans certains cas, on doit fermer le temps que la période d’isolement se termine. »

Et puis, « dans la majorité des cas, les symptômes sont mineurs, ce qui n’empêche pas de travailler » si l’on respecte les consignes sanitaires, ajoute-t-il.

Ces données proviennent d’un sondage probabiliste.

Ce texte est tiré de notre infolettre « Le courrier du coronavirus » du 11 avril 2022. Pour vous abonner, cliquez ici.



À voir en vidéo