Le vaccin contre la COVID-19, un exploit dans l’histoire des vaccins

Il y a un peu plus d’un an débutait la plus imposante campagne de vaccination que le monde ait jamais connue. Depuis, la distribution des doses anti-COVID-19 a atteint 55 % de la population mondiale. Cet exploit surpasse tout ce qui a déjà été accompli dans l’histoire des vaccins, souligne coronavirus+-+21+f%c3%a9vrier+2022" target="_blank">une analyse du Center for Global Development.

La durée moyenne historique entre le développement d’un vaccin et l’immunisation de 40 % de la planète est d’environ 42 ans, indique l’analyse de l’organisme basé à Washington. Le précédent record relevait du vaccin contre le rotavirus, qui a atteint ce seuil de 40 % en l’espace de 14 ans.

Pour la COVID-19, il ne s’est pas écoulé un an entre l’identification du virus, l’élaboration d’un vaccin et le début de sa distribution. Du jamais vu.

« Il y a eu un miracle dans la phase de mise au point du vaccin, un miracle dans sa production et un miracle dans sa livraison », souligne Amanda Glassman, vice-présidente du Center for Global Development. Nul doute, selon elle, qu’advenant un nouvel agent pathogène, « on va être capable d’aller encore plus vite et d’être encore plus équitable ».

Ce sprint scientifique s’est couru sur un plancher économique sinistré, note aussi l’organisme indépendant. La pandémie a coûté jusqu’à présent pas moins de 10 000 milliards de dollars américains, selon leurs estimations, soit deux fois plus que la grippe espagnole.

Iniquité

Tout n’est pas rose dans la distribution de ces doses, observent les chercheurs. Les pays les plus riches ont vacciné adéquatement leur population à hauteur de 75 %, mais dans les contrées à faible revenu, à peine 6 % de la population a reçu deux injections.

Malgré les ratés, « il y a là des signes de progrès », mentionne Amanda Glassman. « Tout le monde a vécu une déception en voyant les retards de la vaccination en Afrique et dans plusieurs pays moins nantis. Mais c’est aussi très inspirant de voir la courbe de vaccination dans les pays aux revenus moyens. Ils ont une courbe qui ressemble à celle des pays riches. »

COVAX, l’organisme qui chapeaute le relais des vaccins auprès des plus vulnérables, a annoncé il y a quelques semaines avoir franchi le cap du milliard de doses injectées. « Dans les pays qui peuvent en bénéficier, [les vaccins offerts par COVAX] devraient, selon les modélisations, permettre d’éviter, en 2022, de 1 à 1,27 million de décès liés à la pandémie », ont ainsi souligné leur porte-parole.

Ce texte est tiré de notre infolettre « Le courrier du coronavirus » du 21 février 2022. Pour vous abonner, cliquez ici.



À voir en vidéo