La 3e dose efficace contre Omicron, confirme l’INSPQ

La protection contre les risques d’hospitalisations passe de 80 % à 90 % une fois inoculés pour une troisième fois, indique le court avis scientifique rendu public mercredi.
Paul Chiasson La Presse canadienne La protection contre les risques d’hospitalisations passe de 80 % à 90 % une fois inoculés pour une troisième fois, indique le court avis scientifique rendu public mercredi.

Une troisième dose de vaccin contre la COVID-19 protège efficacement des effets néfastes d’Omicron, et ce, à n’importe quel niveau de gravité de la maladie, confirme en détail une nouvelle étude de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

La prévention des hospitalisations passe de 80 % à 90 % chez les personnes vaccinées trois fois, indique le court avis scientifique rendu public mercredi.

Cette étude se fonde sur des données préliminaires recueillies entre le 26 décembre 2021 et le 5 février 2022, c’est-à-dire lorsque le variant Omicron était dominant au Québec.

« L’efficacité du vaccin à prévenir une consultation à l’urgence était d’environ 60 % après deux doses et de 85 % après trois doses », mentionnent les chercheurs.

Concernant la prévention d’une « maladie légère », l’efficacité du vaccin passe de 45 % après deux doses à 80 % après trois doses.

Ces écarts statistiques s’observent pour tous les types de vaccin et toutes les combinaisons, à l’exception celui produit par AstraZeneca. « L’efficacité est légèrement plus faible chez [les personnes] n’ayant reçu que deux doses du vaccin Vaxzevria/Covishield », indique l’étude.

Les résultats de l’INSPQ confirment par ailleurs que la protection conférée par les vaccins « reste plutôt stable » à long terme. Une diminution d’environ 10 % de la protection contre la COVID-19 est observée après 32 semaines.

Près de 45 % de la population québécoise a obtenu une troisième dose, en date du 15 février.

À voir en vidéo