L’exercice augmente l’efficacité de vaccins contre la grippe et la COVID-19, selon une étude

Faire un peu de sport après avoir reçu un vaccin augmente l’efficacité de celui-ci à long terme.
John Thys Agence France-Presse Faire un peu de sport après avoir reçu un vaccin augmente l’efficacité de celui-ci à long terme.

Une séance d’exercice de 90 minutes pratiquée après une piqûre de vaccin augmente « significativement » l’efficacité de l’inoculation, et ce, « plusieurs semaines » après l’injection, démontre une étude américaine.

Pas besoin d’exercices bien intenses pour « augmenter » les bénéfices du vaccin, précise l’article paru dans la revue Brain, Behavior, and Immunity. La pratique d’un sport d’intensité « faible à modérée », comme la marche, suffit pour améliorer notre protection immunitaire.

Bouger seulement 45 minutes après une injection produit aussi des effets bénéfiques, mais à un degré moindre, précise-t-on.

Pour en arriver à ces conclusions, les chercheurs ont testé leur hypothèse sur trois vaccins : le vaccin développé en 2009 contre la grippe H1N1, le vaccin contre la grippe saisonnière et celui de Pfizer-BioNTech contre la COVID-19. Les cobayes ont commencé leur entraînement dans les 30 minutes suivant leur inoculation.

Quatre semaines après la vaccination, les scientifiques ont pu détecter la présence d’anticorps en plus grand nombre dans une proportion « significative ».

Qui plus est, aucune différence sur le plan des effets secondaires n’a été répertoriée entre les individus « actifs » et ceux qui n’avaient pas fait de sport.

Si les bienfaits de l’activité physique sont ainsi démontrés une nouvelle fois, « les mécanismes qui expliquent l’association entre l’exercice et la réponse aux vaccins demeurent spéculatifs », précisent les chercheurs.

Ce texte est tiré de notre infolettre « Le courrier du coronavirus » du 14 février 2022. Pour vous abonner, cliquez ici.

À voir en vidéo