Garderies et COVID-19 : les groupes resteront ouverts à Montréal

Montréal va ainsi vraisemblablement suivre les directives de Québec.
Getty Images / iStockphoto Montréal va ainsi vraisemblablement suivre les directives de Québec.

Les groupes à la garderie resteront ouverts dans la métropole québécoise même si un cas de COVID-19 est détecté, a confirmé la direction régionale de santé publique de Montréal au Devoir, ce qui représente un changement de cap par rapport à sa position du 3 janvier.

« Les cas à risque élevé, ce sont les cas à domicile. Dans la garderie, on considère que c’est un contact à risque modéré, explique Jean-Nicolas Aubé, porte-parole du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal. Tout indique qu’on va se coller à la nouvelle directive ».

Montréal va ainsi vraisemblablement suivre les directives de Québec, qui devraient être envoyées au réseau aujourd’hui. Selon des consignes soumises hier par la Santé publique de Montréal et touchant les services de garde, que Le Devoir avait obtenues, cela signifie donc qu’un enfant ou un employé asymptomatique peut continuer à aller à la garderie si un cas positif est détecté. « Les personnes sans symptôme de la COVID-19 peuvent continuer de fréquenter le service de garde et poursuivre leurs activités quotidiennes », écrit-on dans un document rédigé par l’Équipe de prévention et de gestion des éclosions de COVID-19 en milieu de garde.

Mais s’il développe des symptômes, il devra s’isoler 24 heures. Il pourra retourner à la garderie si deux tests rapides sont négatifs pendant cette période. Ces règles ne s’appliquent pas aux personnes qui ont eu la COVID-19 depuis le 20 décembre, précise-t-on.

En cas de contact à la maison, l’enfant doit toutefois s’isoler cinq jours et peut revenir à la garderie s’il obtient un résultat négatif avec un test rapide. Une personne qui a eu la COVID-19 après le 20 décembre est considérée comme immunisée pour 60 à 90 jours à partir de la fin de la période d’isolement, selon le document.

La Santé publique de Montréal avait suspendu une nouvelle directive de Québec au début du mois de janvier, qui n’exigeait plus l’isolement obligatoire pour les enfants ou les éducatrices ayant été en contact avec une personne positive à la COVID-19 à la garderie. Québec était ensuite revenu sur cette directive quelques jours plus tard.

Comment expliquer ce changement de position à Montréal ? « Les directions régionales de santé publique ont le droit de prendre des décisions spécifiques, explique Jean-Nicolas Aubé. Il y a une deux semaines, nos équipes ont jugé que la directive ne correspondait pas à la réalité sur le terrain. Mais les temps changent, les choses évoluent ».

À voir en vidéo