L’isolement réduit pour les moins de 12 ans

Les enfants pourront retourner à la garderie ou à l’école après cinq jours s’ils obtiennent un test négatif.
Photo: Adil Boukind Le Devoir Les enfants pourront retourner à la garderie ou à l’école après cinq jours s’ils obtiennent un test négatif.

La Direction générale de la santé publique du Québec recommande que l’isolement lié à la COVID-19 passe de 10 à 5 jours pour les enfants de moins de 12 ans qui fréquentent la garderie ou l’école primaire, indique un document obtenu par Le Devoir. Cela représente un nouveau revirement pour les services de garde, où l’exaspération se fait sentir.

Ces recommandations, signées avant son départ par le Dr Horacio Arruda en date du 10 janvier, demandent un isolement de cinq jours en cas de contact avec une personne porteuse de la maladie ou symptomatique. Mais cela concerne seulement les contacts à la maison, précise le document, et donc exclut les salles de classe et les groupes dans les garderies. Les enfants pourront ensuite « retourner à leurs activités » s’ils obtiennent un test rapide négatif.

La même recommandation est faite pour les enfants de moins de 12 ans symptomatiques : il est suggéré d’autoriser le retour à la garderie ou à l’école primaire après cinq jours suivant l’obtention d’un résultat négatif. Et ce, « quel que soit le statut vaccinal ». Si le test est positif, l’enfant devra rester isolé cinq jours de plus.

Dans le document, la Santé publique justifie ses recommandations par la « faible probabilité de complications chez les enfants infectés ». « Les impacts négatifs cumulés des isolements des enfants » sur leur apprentissage et leur développement sont également invoqués, ainsi que les effets sur « la disponibilité de la main-d’œuvre ».

Pour le moment, aucune nouvelle directive n’a été envoyée au réseau. Ce sera le cas jeudi, une fois que le ministère de la Santé et des Services sociaux aura fait connaître « les nouvelles consignes », selon un bulletin d’information du ministère de la Famille daté de mercredi.

Application à Montréal

Sans attendre, la Santé publique de Montréal a décidé d’appliquer la règle des cinq jours, selon les consignes touchant les services de garde énoncées dans une mise à jour du 12 janvier que Le Devoir a obtenue.

Le document rédigé par l’Équipe de prévention et de gestion des éclosions de COVID-19 en milieu de garde réduit à cinq jours la période d’isolement en cas de symptômes ou de résultat positif, et même de contact à « risque élevé », à la maison par exemple.

Une personne qui a eu la COVID-19 après le 20 décembre est par ailleurs considérée comme immunisée pour 60 à 90 jours à partir de la fin de la période d’isolement, selon le document produit par la Santé publique de Montréal. Il n’a pas été possible d’avoir les commentaires de l’organisme, mercredi.

Dans le cas d’un contact à risque « modéré ou faible », expression qui n’est pas définie, un enfant peut continuer à fréquenter un service de garde. Mais s’il développe des symptômes, il devra s’isoler 24 heures. Il pourra retourner à la garderie si deux tests rapides sont négatifs.

Nouveau revirement

 

Cela représente un nouveau revirement dans le milieu des garderies. « Que s’est-il passé du 30 décembre au 10 janvier ? Y a-t-il eu des avancées scientifiques ? C’est un flip flop », lance Samir Alahmad, président de l’Association des garderies privées du Québec.

De son côté, la directrice générale de l’Association québécoise des centres de la petite enfance, Geneviève Bélisle, insiste : il faudra suffisamment de tests rapides. Elle se demande également ce qui arrivera avec les enfants de moins de un an, qui ne peuvent pas passer de test rapide.

À voir en vidéo