Quelque 300 trousses de tests rapides par pharmacie attendues mardi

Les quelque 2000 pharmacies du Québec se partageront la première commande fédérale de tests rapides, composée de 600 000 trousses de cinq tests.
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Les quelque 2000 pharmacies du Québec se partageront la première commande fédérale de tests rapides, composée de 600 000 trousses de cinq tests.

Aux prises avec une rupture de stock depuis décembre, les pharmaciens s’attendent à ce que le premier arrivage de tests rapides de l’année s’envole rapidement. En moyenne, les pharmacies québécoises devraient recevoir mardi l’équivalent de 300 boîtes d’autotests à distribuer.

Inutile de se présenter dès l’ouverture au commerce du pharmacien Sébastien Lacroix, affilié à Uniprix et situé sur la rue Beaubien Est, à Montréal. L’établissement détient déjà une liste plafonnée à 500 clients à la recherche du précieux outil de dépistage à domicile de la COVID-19.

« Et c’est parce qu’on a arrêté de prendre les noms, sinon j’en aurais 3000 », souligne le professionnel, se remémorant la ruée vers les tests rapides survenue à l’approche de Noël, cause de la pénurie majeure que traverse l’ensemble du Québec depuis.

« C’était quelque chose. C’était intense. [Pour la suite,] ça va être moins anarchique. Les gens savent un peu plus à quoi s’en tenir, et je ne pense plus qu’il y ait grand monde qui s’attend à se baser sur ces tests-là pour faire le party. »

Sa pharmacie fait partie des quelque 2000 du Québec qui se partageront la première livraison substantielle de tests rapides de l’année, envoyée par le fédéral et composée de 600 000 trousses de cinq tests ​BTNX. Il s’agit de la même marque que les tests distribués en décembre. Les plus grandes pharmacies devraient recevoir un plus grand nombre de tests, en fonction des besoins sur le terrain.

Première livraison de 2022

Les cargaisons de tests rapides sont arrivées de Toronto dans les sept centres de distribution désignés par Québec dans la nuit de dimanche à lundi. Le directeur général de l’Association québécoise des distributeurs en pharmacie, Hugues Mousseau, était en train de superviser les activités au centre de McKesson Canada situé sur le boulevard Pie-IX, dans l’arrondissement d’Anjou, à Montréal, au moment de recevoir l’appel du Devoir lundi matin.

« [Ces tests] vont être distribués à l’échelle du Québec au cours de la nuit et de la matinée [de mardi]. La grande majorité des pharmacies vont les recevoir dans la journée, et quelques autres peut-être mercredi, pour les régions les plus éloignées », explique-t-il.

Mercredi dernier, le plan du gouvernement du Québec de livrer plus rapidement aux pharmacies ses propres autotests a été mis en déroute par le fabricant, qui a annulé une commande de trois millions de tests. Le calendrier de livraison aux pharmacies a toutefois été sauvé par l’annonce du fédéral, le même jour, d’un envoi du même nombre de tests à la province. Ce sont ces tests qui arrivent en pharmacie mardi.

Les grandes enseignes consultées par Le Devoir ont indiqué que le système de distribution des tests rapides variait d’une pharmacie à l’autre. « La plupart d’entre elles ont probablement déjà des listes d’attente », avance le porte-parole de Familiprix, Jean-Philippe Simon.

Du côté de Jean Coutu, « certains [détaillants] fonctionnent par prise de rendez-vous en ligne, d’autres sans rendez-vous », précise la responsable des communications, Catherine Latendresse.

Ce premier arrivage substantiel de 2022 ne permettra pas d’offrir une boîte à tout le monde, tient à prévenir le président de l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires, Benoit Morin. Selon lui, l’offre suffira à la demande plus tard en janvier.

« Ce que je prévois est que ça va être difficile cette semaine. Mais au fur et à mesure que les tests rentrent, que les commandes rentrent, ça va s’aplanir, et on va être en mesure de répondre à la demande », estime-t-il.

M. Morin calcule qu’en plus des trois millions de tests rapides attendus pour mardi, entre sept et neuf millions de tests supplémentaires devraient être distribués à la population par le biais des pharmacies durant le mois de janvier. Ce nombre correspond à entre 1,4 et 1,8 million de boîtes de cinq tests, livrées aux pharmacies sous forme de caisses comptant 108 boîtes.

Dès cette semaine, une moyenne de trois autres livraisons d’une caisse de boîtes seront faites aux pharmacies, en fonction de leur taille. Le reste des tests promis par le fédéral pour le mois de janvier, soit 31,5 millions, doit être envoyé aux écoles ou aux garderies, au système de santé, ou encore pour les autres usages jugés essentiels par Québec.

Ce moyen de dépistage de la COVID-19 à domicile a pris une importance soudaine au Québec, puisque la population générale, même les personnes symptomatiques, n’a plus accès aux tests PCR depuis le 5 janvier, ces tests étant désormais réservés à certaines catégories prioritaires.

À voir en vidéo