Des équipes de vigie en CHSLD pour éviter l’hécatombe de la première vague, assure Dubé

Québec rapportait plus de 1500 cas actifs et 39 décès dans les CHSLD le 4 janvier.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Québec rapportait plus de 1500 cas actifs et 39 décès dans les CHSLD le 4 janvier.

Devant les éclosions de COVID-19 qui se multiplient dans les centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD), le ministre de la Santé, Christian Dubé, assure que des équipes sont sur le terrain pour surveiller la situation afin d’éviter de revivre les épisodes dramatiques de la première vague.

En date du 4 janvier, Québec rapportait plus de 1500 cas actifs et 39 décès dans les CHSLD. Parmi les quelque 400 centres d’hébergement, une trentaine étaient considérés comme étant en zone rouge ou orange, soit des milieux de vie avec plus de 15 % de leurs résidants déclarés positifs.

Questionné jeudi en conférence de presse sur la situation dans les CHSLD, le ministre Dubé a affirmé que des équipes de vigie étaient déployées dans les établissements les plus touchés.

 

« Même si le représentant local nous dit que ça va, on envoie des gens pour s’assurer que ce qu’on entend d’un gestionnaire privé ou public est la réalité, et on ajuste les services qu’on peut donner. Ce n’est pas facile, mais on s’assure que l’information qu’on reçoit est véridique et à propos », a-t-il expliqué.

Selon lui, la triple vaccination contre la COVID-19 chez la plupart des résidants, les équipements de protection individuelle et le système de contrôle des infections permettent de limiter l’impact de la maladie.

Et aussi contrairement aux premiers mois de la pandémie durant lesquels les CHSLD ont connu une vague importante de décès, chaque établissement compte maintenant un représentant local, ce qui permet d’avoir un état des lieux au quotidien, a-t-il ajouté.

En début de semaine, Québec a également resserré les mesures quant à l’accès aux CHSLD, les ressources intermédiaires et les résidences privées pour aînés en raison de la recrudescence des cas. Seules les personnes proches aidantes sont maintenant admises.

Alors que près de 20 000 travailleurs sont absents dans le réseau de la santé en raison de la COVID-19, M. Dubé ne pouvait préciser dans quelle mesure les CHSLD sont touchés par un manque de personnel.

« Aussitôt qu’on va avoir des retours de personnel, c’est sûr que la priorité est aux CHSLD pour être capable de s’assurer que les gens continuent d’avoir la qualité de services auxquels ils doivent s’attendre, surtout dans ceux où on a eu des éclosions un peu plus importantes », a mentionné le ministre.

À voir en vidéo