Bientôt plus de 3000 lits d’hôpitaux pourraient être occupés par des patients COVID-19

Valerian Mazataud (Archives) Le Devoir

Deux modèles de projection retenus par l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) continuent de prévoir une croissance des nouvelles hospitalisations liées à la COVID-19 au Québec et de l’occupation conséquente des lits réguliers et de soins intensifs au cours des deux prochaines semaines.

Pour les lits réguliers, les projections dévoilées jeudi matin suggèrent que d’ici deux semaines, l’occupation pour les patients souffrant de COVID-19 pourrait dépasser 3000 lits, soit bien au-delà du niveau trois établi par le ministère de la Santé et des Services sociaux et des seuils observés lors des vagues précédentes.

Pour les lits aux soins intensifs, les projections prévoient également que d’ici deux semaines, plus de 400 lits pourraient être occupés, au-dessus des seuils observés lors des vagues précédentes.

L’INESSS signale toutefois que le plafonnement des capacités de dépistage observé au cours de la dernière semaine sous-estime désormais de façon importante le nombre de cas réels. Pour cette raison, il n’est plus en mesure de produire de façon fiable son rapport de prédiction.

D’autre part, l’Institut observe que les effets des mesures sanitaires annoncées le 20 décembre et le 30 décembre ne sont pas encore visibles dans les données et que leurs effets ne peuvent être pris en compte par les modèles.

De plus, les capacités limitées de dépistage entraînent un plafonnement du nombre de cas ce qui empêche les modèles d’anticiper une éventuelle augmentation ou diminution des cas.

Les modèles de l’INESSS n’intègrent pas non plus la progression de la troisième dose vaccinale et son effet sur les hospitalisations.

L’Institut fait aussi remarquer que plusieurs personnes sont hospitalisées pour une raison autre que la COVID-19, mais qu’elles sont ensuite déclarées positives lors de leur admission ou durant leur séjour. Cette proportion pourrait représenter près de 50 % des lits réguliers et plus de 15 % des lits aux soins intensifs, selon l’INESSS.



À voir en vidéo