Des millions de tests rapides arrivent, mais pas tout de suite

Des tests rapides de dépistage de la COVID-19 étaient distribués aux personnes attendant un test PCR à l’Hôtel-Dieu de Montréal, il y a deux semaines.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Des tests rapides de dépistage de la COVID-19 étaient distribués aux personnes attendant un test PCR à l’Hôtel-Dieu de Montréal, il y a deux semaines.

La pénurie de tests rapides que traverse le Québec devrait prendre fin au courant du mois de janvier, avec l’arrivage prévu de plus de 30 millions d’unités envoyées par le fédéral, dont « plusieurs millions » cette semaine. Les pharmaciens s’attendent toutefois à ce que la rupture de stock sur leurs rayonnages se poursuive encore au moins jusqu’à mardi.

« Ce n’est pas une période facile. Ce que les gens peuvent faire, c’est d’éviter de nous appeler ou de venir en pharmacie d’ici mardi prochain », conseille Benoit Morin, président de l’Association québécoise des propriétaires pharmaciens. Il rapporte un « léger retard » dans la livraison de trois millions de tests commandés par la province, qui ne pourront pas être distribués lundi comme prévu.

Il se réjouit toutefois de l’annonce d’Ottawa, mercredi, d’envoyer aux provinces quelque 140 millions de tests rapides supplémentaires durant le mois de janvier. Cela représente presque quatre tests par personne, et plus que l’ensemble des tests envoyés par Ottawa en 2021. Le Québec recevra une fraction correspondante à sa population, soit environ 31,5 millions.

« Les tests rapides s’avèrent un outil majeur pour aider les membres de la population canadienne à réduire la propagation du variant Omicron », a souligné le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, lors d’un point de presse mercredi.

Grande demande

Ce moyen de dépistage de la COVID-19 à domicile prend une grande importance pour les travailleurs québécois qui n’ont plus accès aux tests PCR depuis mardi, puisqu’ils sont réservés à certaines catégories prioritaires, et dont l’employeur exige une preuve de l’infection au virus pour s’absenter du travail.

« On vit de grandes difficultés [en pharmacie], pour ne pas dire le chaos, puisqu’on ne répond pas à la demande, témoigne Benoit Morin. Les choses vont se replacer dans le mois de janvier, ce qui est une excellente nouvelle. Ce n’est pas tout le monde qui va avoir son test mardi, mais au courant du mois de janvier, l’accessibilité va être beaucoup plus facile. »

Québec a fait savoir que l’annonce fédérale de l’envoi de millions de nouveaux tests rapides « ne change pas la stratégie de dépistage » ni son plan de distribution de tests rapides dans les pharmacies.

« Les tests rapides annoncés [mercredi] ne sont pas une nouvelle pour le Québec, [car] nous avons des échanges réguliers avec le fédéral à ce sujet », a indiqué Amélie Paquet, conseillère aux communications au cabinet du ministre de la Santé et des Services sociaux.

Accélération des envois

Le ministre Duclos a passé une partie du temps des Fêtes à rejeter les critiques des provinces selon lesquelles le fédéral a manqué à son devoir de fournir suffisamment de tests rapides en décembre.

« [Il est] important de noter que le fédéral a livré 11,2 millions de tests rapides au Québec pour le mois de décembre seulement. La demande de Québec était de 10 millions », a par exemple tweeté le ministre à la veille des célébrations du jour de l’An.

Jean-Yves Duclos a d’ailleurs rappelé mercredi que 85 millions de ces tests avaient été envoyés aux provinces avant le mois de décembre, et donc avant l’avènement du nouveau variant Omicron, qui a engendré de nouveaux confinements. Les 35 millions de tests rapides fournis par le fédéral en décembre se sont envolés très rapidement, provoquant la pénurie actuelle.

Il y a un an, en janvier 2021, Le Devoir rapportait que le Québec avait utilisé à peine 1 % de ses tests rapides en réserve.

« La priorité des tests rapides n’était peut-être pas à l’époque celle que les provinces et territoires devaient privilégier. Ça a changé beaucoup à partir du début du mois de décembre », a expliqué le ministre Duclos, qui a vanté la « bonne collaboration » des ordres de gouvernement pour accélérer les livraisons.

Le premier ministre Justin Trudeau a évoqué mercredi que « des centaines de millions » de tests rapides auront été envoyés aux provinces au cours de cette crise. Bien qu’il soit de la responsabilité du fédéral de s’en procurer en quantité suffisante, dit-il, l’ordre de gouvernement le plus à même de les distribuer efficacement demeure la province.

Avec François Carabin

À voir en vidéo