De 300 à 375 lits en soins intensifs pourraient être occupés par des patients atteints de la COVID, prévoit l’INESSS

De 1600 à 2100 lits réguliers pourraient être occupés par des patients qui souffrent de la COVID-19 dans les prochaines semaines, selon l’INESSS.
Valerian Mazataud (Archives) Le Devoir De 1600 à 2100 lits réguliers pourraient être occupés par des patients qui souffrent de la COVID-19 dans les prochaines semaines, selon l’INESSS.

L’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) prévoit « une croissance importante » des nouvelles hospitalisations dans les trois prochaines semaines, dans une nouvelle publication diffusée jeudi.

Selon des données colligées jusqu’au 27 décembre, dans le premier scénario, le niveau 3 de délestage établi par le ministère de la Santé et des Services sociaux sera dépassé, avec une occupation des lits réguliers pour les patients COVID à environ 1 600 lits. Aux soins intensifs, on s’approche du niveau 3 avec près de 300 lits. Le niveau de délestage maximal est 4.

Dans le deuxième scénario, plus pessimiste, ces chiffres s’élèveraient à environ 2 100 lits réguliers et 375 lits de soins intensifs. L’INESSS précise que ce serait donc « au-delà des niveaux 3 et dépassant les seuils observés lors des vagues précédentes ».

On note néanmoins que la croissance du nombre d’hospitalisations « pourrait être ralentie par l’intensification des efforts de vaccination et par l’impact des mesures sanitaires récemment mises en place ou à venir ».

Les personnes de plus de 70 ans représentent 49 % des hospitalisations et 64 % des hospitalisations sont concentrées dans la grande région de Montréal. La hausse des cas de COVID-19 est par ailleurs très marquée chez les 18-39 ans, à +298 %.



À voir en vidéo