Le Yukon déclare l’état d’urgence

La Dre Catherine Elliott, médecin hygiéniste en chef par intérim que l'on voit ici en train de se faire vacciner, a indiqué que le territoire connaît «une augmentation spectaculaire de la propagation de la COVID-19».
Photo: Mike Thomas La Presse canadienne La Dre Catherine Elliott, médecin hygiéniste en chef par intérim que l'on voit ici en train de se faire vacciner, a indiqué que le territoire connaît «une augmentation spectaculaire de la propagation de la COVID-19».

Le gouvernement du Yukon a déclaré l’état d’urgence et annoncé une série de nouvelles règles de santé publique visant à freiner la propagation de la COVID-19, notamment une exigence de preuve de vaccination qui devrait entrer en vigueur ce samedi.

Le territoire a indiqué qu’il « avance rapidement » pour mettre en œuvre un système de preuve de vaccination, y compris pour les restaurants, les événements payants, les installations d’entraînement physique et les entreprises de services personnels, ainsi que les rassemblements religieux et culturels.

Le territoire a indiqué que les nouvelles mesures incluent également le port du masque obligatoire dans tous les lieux publics intérieurs et les lieux publics extérieurs où la distanciation physique n’est pas possible, ainsi que des limites de capacité lors de différents types de rassemblements intérieurs et extérieurs.

Alors que les règles seront appliquées à partir du 13 novembre, le territoire a précisé dans un communiqué que les Yukonnais sont « fortement encouragés » à adopter les mesures immédiatement.

Il fait valoir que l’hygiéniste en chef par intérim du Yukon a recommandé d’éviter les déplacements entre les communautés, et bien que les écoles puissent rester ouvertes, les étudiants devraient porter des masques à leur bureau.

La médecin hygiéniste en chef par intérim, la Dre Catherine Elliott, a indiqué que le territoire connaît « une augmentation spectaculaire de la propagation de la COVID-19 » et que les résidents doivent s’unir maintenant pour protéger le système de santé du territoire.

« L’introduction de nouvelles mesures temporaires contribuera à limiter la propagation de la COVID-19 et à réduire la pression sur notre système de santé. Tous les Yukonnais ont un rôle à jouer pour assurer la sécurité de nos collectivités », a déclaré le premier ministre Sandy Silver dans un communiqué.

Le Yukon a signalé 80 nouvelles infections à la COVID-19 diagnostiquées sur une période de trois jours entre vendredi et lundi, pour un total de 169 cas actifs.

Sur l’ensemble des infections actives, le territoire a indiqué que 132 sont des résidents de Whitehorse, 20 cas sont à Carmarks et quatre sont à Carcross, tandis que Burwash Landing, Pelly Crossing et Teslin ont chacun un cas actif de COVID-19.

Les nouvelles mesures de santé publique devraient rester en place au moins jusqu’au 3 décembre.

À partir de samedi, le Yukon a mentionné que les rassemblements personnels seront limités à deux ménages lorsque tout le monde est vacciné et à un ménage si quelqu’un n’est pas vacciné.

Les rassemblements organisés, tels que les conférences et les mariages, seront limités à 25 personnes avec preuve de vaccination pour les événements organisés à l’intérieur, tandis que jusqu’à 50 personnes seront autorisées à l’extérieur.

Les événements payants avec des places assises, ainsi que les rassemblements religieux et culturels seront limités à 50 % de la capacité du site avec une preuve de vaccination requise.

Les citoyens doivent également présenter une preuve de vaccination pour le service aux tables dans les bars, restaurants et discothèques avec une limite de six personnes par table et aucun déplacement entre les tables.

Dans les gymnases et les salles d’entraînement, les cours de haute intensité seront suspendus et une preuve de vaccination sera requise pour les cours de faible intensité et les sports organisés.

À voir en vidéo