Y a-t-il un risque à administrer en même temps les vaccins contre la grippe et contre la COVID-19 chez les enfants ?

Les vaccins contre la COVID-19 étant très récents et la santé des enfants, très importante, « il peut y avoir un surplus de précautions à appliquer ».
Photo: Ina Fassbender Archives Agence France-Presse Les vaccins contre la COVID-19 étant très récents et la santé des enfants, très importante, « il peut y avoir un surplus de précautions à appliquer ».

La vaccination des enfants d’âge scolaire débutera vraisemblablement en même temps que la saison de la grippe. Y a-t-il une contre-indication à recevoir les vaccins contre ces deux maladies en même temps ?

« La réponse courte, c’est qu’il est un peu trop tôt pour répondre à la question », affirme le Dr Nicholas Brousseau, médecin spécialiste à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et président du Comité sur l’immunisation du Québec. Le vaccin n’est pas encore autorisé pour les plus jeunes. La question sera donc « évaluée en temps et lieu par les comités d’experts ».

Le spécialiste signale toutefois qu’il est « difficile de penser à un problème potentiel » pour cette « coadministration » de vaccins.

De façon générale, plusieurs vaccins peuvent être donnés en même temps, à l’exception des vaccins dits « vivants », comme le vaccin contre la rougeole, où des délais doivent être respectés.

Les autorités misent toujours sur la prudence, précise le Dr Brousseau. Par exemple, au début de la campagne de vaccination pour les adultes, il n’était pas possible de recevoir une dose du vaccin contre la COVID-19 en même temps que d’autres vaccins. Les scientifiques ont accumulé par la suite plus d’informations et ont revu leur position. « Pour les adultes, c’est maintenant permis d’administrer un vaccin contre la COVID-19 avec le vaccin contre la grippe », confirme le spécialiste en médecine préventive. « Mais au départ, il y a eu une position de prudence. »

Les vaccins contre la COVID-19 étant très récents et la santé des enfants, très importante, « il peut y avoir un surplus de précautions à appliquer », conclut-il.



À voir en vidéo