À travers le monde, la vaccination obligatoire se poursuit

Certains pays ont imposé des mesures touchant d’autres catégories de travailleurs et, dans certains cas, une vaccination obligatoire généralisée.
Photo: Fadel Senna Agence France-Presse Certains pays ont imposé des mesures touchant d’autres catégories de travailleurs et, dans certains cas, une vaccination obligatoire généralisée.

Si le Québec a fait volte-face en reportant d’un mois la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé, plusieurs villes et pays sont allés de l’avant sur ce flanc. D’autres sont allés beaucoup plus loin, imposant des mesures touchant d’autres catégories de travailleurs et, dans certains cas, une vaccination obligatoire généralisée. Survol de diverses politiques vaccinales à travers le monde.

 
 

Vaccination des employés de la santé

 
  • Ailleurs au Canada. Vaccination obligatoire depuis juillet pour les travailleurs des CHSLD et tout le personnel œuvrant auprès des personnes âgées. Alberta : les employés du réseau de la santé devront avoir reçu leur 2e dose au plus tard le 16 octobre. Saskatchewan : tous les employés de l’État (dont ceux de la santé) devaient être vaccinés au plus tard le 1er octobre. Au Manitoba, médecins, infirmières, enseignants, éducateurs et gardiens de prison devront avoir reçu leurs deux doses fin octobre. Maritimes : la Nouvelle-Écosse suspendra les médecins, infirmières, travailleurs de la santé et enseignants qui ne seront pas pleinement vaccinés le 30 novembre, et le Nouveau-Brunswick fera de même dès le 19 novembre pour l’ensemble des employés de sa fonction publique. En Ontario, le gouvernement a laissé à chaque établissement du réseau de la santé le soin de déterminer ses exigences en matière de vaccination.
 
  • France. Le 15 octobre, l’obligation d’être pleinement vacciné pour les employés du secteur de la santé entrera en vigueur. Toux ceux n’ayant toujours pas reçu leur 2e injection seront suspendus sans solde tant dans les hôpitaux, les EHPAD (CHSLD), les cliniques que les cabinets de médecin. Les employés non vaccinés représentaient le 15 septembre 0,03 % du personnel de la santé. Quelque 1500 à 2000 soignants pourraient quitter leur emploi. Aucune désorganisation ou bris de service n’est anticipé. Par ailleurs, toutes les personnes non vaccinées dans la population générale (7 millions de Français) devront désormais assumer elles-mêmes les frais des tests de dépistage, exigés pour accéder à certains endroits publics.

    Ceux qui n’ont toujours pas reçu leurs deuxième injections seront suspendus tant dans les hôpitaux, les maisons de retraite, les cliniques que les cabinets de médecin. Selon le ministre de la Santé, Olivier Véran, ce sont 0,6% des soignants français touchés par l’obligation vaccinale qui sont actuellement suspendus, soit environ 15 000 professionnels. À terme, quelque 1500 à 2000 soignants pourraient quitter leur emploi. Aucune désorganisation ou bris de service n’est anticipé.
     
  • Royaume-Uni. Une première dose est exigée depuis début septembre des travailleurs œuvrant en résidences pour aînés et ces employés devront avoir reçu leur 2e dose avant le 11 novembre. Cette mesure est fortement critiquée en raison des risques de bris de services qu’elle pourrait engendrer dans plusieurs maisons d’hébergement déjà en manque de personnel.
 
  • Grèce et Hongrie. Vaccination obligatoire des employés des résidences pour aînés et des travailleurs de la santé depuis septembre.

    Après avoir suspendu près de 6000 travailleurs qui n’avaient pas respecté l’échéancier, le gouvernement grec leur a offert un sursis s’ils acceptaient de recevoir une première dose dans les jours suivants, toujours sous la condition d’aller chercher la deuxième.

     
  • New York.Tous les travailleurs de la santé, y compris le personnel des hôpitaux et des établissements de soins de longue durée, les maisons de retraite et d'autres établissements de soins collectifs, doivent être vaccinés contre COVID-19 depuis le 27 septembre.

    La mesure a certainement fait pression sur les milliers de réfractaires, dont plusieurs sont allés chercher leur dose à la dernière minute, selon les responsables de la santé de l'État. Des mandats similaires sont entrés en vigueur dans d’autres États, notamment en Californie, à Rhode Island, au Maine, dans l’Oregon et dans le district de Columbia.
     

 

Vaccination élargie à plusieurs catégories de travailleurs

 
  • Canada. Obligation vaccinale d’ici le 29 octobre pour tous les employés des services et organismes fédéraux, ainsi que des employés des compagnies de transport aériennes, ferroviaires ou maritimes. Plus de 265 000 employés de la fonction publique fédérale devront obligatoirement être adéquatement vaccinés contre la COVID-19 d'ici la fin du mois d’octobre. Les travailleurs en télétravail sont aussi touchés par la mesure.
 
  • Italie. Vaccination obligatoire de tous les employés de l’État et du secteur privé à compter du vendredi 15 octobre, sous peine d’être suspendus sans solde, ou passibles s’amende. Mais ils ne pourront être congédiés. Le gouvernement italien fait pour l’instant cavalier seul en Europe en imposant la vaccination tous azimuts aux travailleurs. Les employés non vaccinés devront présenter des résultats de tests négatifs à toutes les 48 heures, une mesure qui leur rendra la vie difficile. La mesure gouvernementale a entraîné à la mi-septembre une hausse de 35% de prises de rendez-vous pour le vaccin.

    Le gouvernement italien fait pour l’instant cavalier seul en Europe en instaurant cette vaccination tous azimuts aux travailleurs. Seule exception, les employés toujours non vaccinés pourront continuer de présenter des résultats de tests négatifs à toutes les 48 heures, une mesure qui leur rendra cependant la vie difficile. La mesure gouvernementale a entraîné à la mi-septembre une hausse de 35 % de prises de rendez-vous pour le vaccin.  

     
  • États-Unis.Vaccination obligatoire, à compter du 8 décembre, de tous les employés du gouvernement fédéral, de ceux de leurs contractants et des entreprises privées comptant plus de 100 travailleurs. L’administration Biden évalue que cette mesure touchera jusqu’à 100 millions de travailleurs, soit 66 % de la main-d’œuvre américaine.
 
  • Australie. En Australie, le personnel de la santé de l’État de la Nouvelle Galles du Sud, où se situe Sydney, devait recevoir une première dose avant le 30 septembre et la seconde fois avant le 30 novembre. Le décret inclut les médecins invités (médecin exerçant en cabinet privé dispensant également des services médicaux dans un hôpital public), les bénévoles, les sous-traitants, les étudiants et les autres praticiens invités.

    La vaccination est obligatoire depuis juin pour tous les employés des maisons de retraite pour aînés et des hôtels de mise en quarantaine. À compter du 1er janvier 2022, les employés des industries minières et gazières devront eux aussi être pleinement vaccinés.
 
  • Russie. Vaccin obligatoire pour tous les travailleurs de la santé depuis juin et dans un mois, 60 % des employés des entreprises privées devront être vaccinés. À Moscou, toutefois, en raison de la dégradation rapide de la situation, les autorités de santé moscovites avaient obligé dès le 15 août dernier tous les employeurs d’avoir vacciné au moins 60 % de leur personnel.
 
  • Costa Rica. Il a été le premier pays d’Amérique latine à exiger la vaccination de tous les employés de l’État.
 
  • Fidji.Vaccination obligatoire de tous les employés de l’État, ou suspension. Congédiement possible à compter du mois de novembre. Les employés non vaccinés des firmes privées s’exposent aussi à des amendes.
 
  • Arabie saoudite.Depuis le mois d’août, tous les employés des secteurs privés et publics, incluant ceux des établissements scolaires et des transports, doivent être vaccinés pour pouvoir retourner au travail.
 
 

Vaccination obligatoire pour la population

  •  Chypre
  • Le Vatican
  •  Kazakhstan (pour tous les individus travaillant en groupe de plus de 20 personnes)
  • Tadjikistan
  • Micronésie (adulte)
  • Turkménistan (adulte)
  •  Indonésie (sous peine d’amende)
     


Source REUTERS, Anadolu News Agency

À voir en vidéo