Les hôpitaux du Nouveau-Brunswick font du délestage à cause de la COVID-19

Les visites sont temporairement annulées dans tous les hôpitaux du Nouveau-Brunswick.
Photo: Marc Grandmaison Archives La Presse canadienne Les visites sont temporairement annulées dans tous les hôpitaux du Nouveau-Brunswick.

Les hôpitaux du Nouveau-Brunswick passent au niveau d’« alerte rouge » et doivent reporter certaines procédures non urgentes en raison d’une augmentation rapide des cas de COVID-19.

En « alerte rouge », les hôpitaux peuvent réduire ou même suspendre temporairement des services tels que les chirurgies électives et les examens diagnostics non urgents. Les visites sont par ailleurs suspendues temporairement dans tous les hôpitaux de la province.

On compte maintenant plus de 1000 cas actifs de COVID-19 dans la province et 56 personnes étaient hospitalisées lundi à cause du virus, dont 20 aux soins intensifs. Le Nouveau-Brunswick a recensé jusqu’ici 75 décès liés à la COVID-19.

Si les hôpitaux du Réseau de santé Vitalité sont passés mardi au niveau d’alerte rouge, l’Hôpital régional de Campbellton avait déjà imposé des mesures la semaine dernière pour faire face à une éclosion à l’intérieur de l’établissement.

« Nous devons passer au niveau d’alerte rouge à l’interne et ainsi réduire ou interrompre temporairement les services non essentiels afin de pouvoir réaffecter du personnel pour maintenir nos services d’urgences, nos unités de soins intensifs, ainsi que les soins aux patients atteints de la COVID-19 qui sont hospitalisés », expliquait la semaine dernière la p.-d.g. de Vitalité, la Dre France Desrosiers.

« Il ne faut pas oublier non plus que ceci se fait dans un contexte de grave pénurie de personnel, ce qui ajoute au sérieux et à la complexité de la situation. »

Les hôpitaux du Réseau de santé Horizon passeront eux aussi au rouge mercredi, pendant au moins deux semaines. Le p.-d.g. par intérim d’Horizon, le Dr John Dornan, a également indiqué que ces mesures exceptionnelles permettent le redéploiement du personnel pour maintenir les services d’urgence et de soins intensifs.

« Nous sommes préparés pour faire face à des éclosions et à des hausses subites du nombre de cas confirmés, mais la quatrième vague de la pandémie de COVID-19 a jusqu’à maintenant eu des répercussions importantes sur notre système de santé déjà éprouvé », expliquait le Dr Dornan la semaine dernière.

Ailleurs en Atlantique

La Nouvelle-Écosse signalait 34 nouveaux cas de COVID-19 mardi et 65 depuis sa dernière mise à jour vendredi, avant le long week-end de l’Action de grâces.

Les responsables de la santé publique affirment que 86 nouveaux cas ont été identifiés dans la zone de santé centrale, qui comprend Halifax. Les autorités y signalent une propagation communautaire chez les personnes âgées de 20 à 40 ans. Des expositions à la COVID-19 ont aussi été observées dans huit écoles au cours des quatre derniers jours, principalement dans la région de la capitale provinciale.

La Nouvelle-Écosse comptait mardi 197 cas actifs signalés de COVID-19 et 15 personnes hospitalisées atteintes de la maladie, dont deux aux soins intensifs.

À Terre-Neuve-et-Labrador, on a recensé depuis vendredi 21 nouveaux cas de COVID-19. Deux autres décès liés à la maladie sont à déplorer, dans la région sanitaire centrale : un sexagénaire et un homme de 70 ans ou plus. Le bilan à Terre-Neuve-et-Labrador depuis le début de la pandémie atteint maintenant 13 morts.

Le nombre total de cas actifs est maintenant de 69 dans cette province. Les responsables de la santé publique précisent que des enquêtes épidémiologiques sont ouvertes sur plusieurs grappes dans la région sanitaire centrale, notamment à Baie Verte, Twillingate et Bishop’s Falls.

Par contre, les autorités assouplissent les restrictions dans une partie du nord-est de l’île, de Boyd’s Cove jusqu’à Twillingate. Cette région rejoint ainsi le même niveau d’alerte que le reste de la province.



À voir en vidéo