Les inhalothérapeutes devront se mettre au pas de la vaccination

Les inhalothérapeutes non vaccinés verront leur permis d’exercice suspendu.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les inhalothérapeutes non vaccinés verront leur permis d’exercice suspendu.

L’Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec suspendra le permis d’exercice de ses membres qui seront non adéquatement vaccinés le 15 octobre. Son président, Jocelyn Vachon, l’a confirmé au Devoir. Il dit toutefois attendre des informations de la part de Québec quant à l’application de cette mesure.

« On n’a pas le choix d’appliquer le décret [sur la vaccination obligatoire dans le réseau de la santé], dit Jocelyn Vachon. On attend les détails pour voir comment ça va s’appliquer. Comment on va être mis au courant que des membres ne sont pas adéquatement vaccinés ? Est-ce que l’employeur va communiquer avec nous ? » Le président devait, en début d’après-midi vendredi, discuter du sujet avec le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

Questionné par Le Devoir, l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) a répondu, par courriel, que le MSSS « demande à l’OIIQ de suspendre ou de limiter le droit d’exercice d’une infirmière ou d’un infirmier qui agit dans les milieux visés et qui n’est pas adéquatement protégé contre la COVID-19 ». « À l’heure actuelle, l’OIIQ attend de la part du MSSS certaines confirmations quant à l’interprétation souhaitée du décret, notamment en ce qui concerne les personnes visées », a-t-on précisé.

Même son de cloche de la part de l’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec. « Malheureusement, nous attendons toujours des réponses à nos questions de la part du ministère de la Santé et des Services sociaux pour pouvoir terminer notre réflexion à cet égard », répond-on dans un courriel.

L’Ordre des pharmaciens du Québec veut aussi en savoir plus avant de statuer sur la question. « Nous n’avons pas pris de décision définitive à ce moment-ci quant à savoir si on allait limiter [le droit d’exercice] ou suspendre les pharmaciens non adéquatement vaccinés », indique son président, Bertrand Bolduc.

De la « pression » sur les ordres

Le ministre de la Santé Christian Dubé a salué vendredi la « décision difficile » du Collège des médecins du Québec de suspendre le permis d’exercice de ses membres non adéquatement vaccinés jusqu’à ce qu’ils régularisent leur situation. Les médecins suspendus ne pourront réaliser de téléconsultations ou de suivis de résultats d’examens ou de tests de laboratoire.

« Il y a beaucoup de pression en ce moment sur les autres [ordres] professionnels pour faire la même chose, y compris l’Ordre des infirmières, l’Ordre des infirmières auxiliaires, l’Ordre des inhalothérapeutes », a-t-il affirmé lors d’un point de presse tenu à Montréal à l’occasion de l’inauguration de nouveaux locaux du Centre intégré de traumatologie de l’hôpital du Sacré-Cœur. « C’est à eux de prendre une position très claire que les gens doivent être vaccinés », a-t-il poursuivi.

Le ministre Christian Dubé a ajouté que « les gens [non vaccinés] qui pensaient qu’ils pouvaient peut-être aller pratiquer ailleurs vont avoir une surprise dans les prochains jours ».



À voir en vidéo