Le vaccin contre la grippe peut-il aussi aider à combattre la COVID-19?

Dès le début de la pandémie, des scientifiques se sont demandé si un vaccin déjà approuvé et communément administré pourrait, au moins, nous protéger contre les effets les plus délétères du nouveau virus.
Photo: iStock Dès le début de la pandémie, des scientifiques se sont demandé si un vaccin déjà approuvé et communément administré pourrait, au moins, nous protéger contre les effets les plus délétères du nouveau virus.

Avec l’arrivée imminente de la saison de la grippe dans l’hémisphère nord, il vaut la peine d’examiner les preuves scientifiques de cette idée. C’est exactement ce qu’a fait le biologiste Jonathan Jarry, dans un article publié par l’Office for Science and Society de l’Université McGill (en anglais).

La question s’est posée dès les premiers mois de la pandémie, en 2020, alors qu’un vaccin spécifique contre la COVID-19 n’était encore qu’un rêve distant. Des scientifiques se sont demandé si un vaccin déjà approuvé et communément administré pourrait, au moins, nous protéger contre les effets les plus délétères du nouveau virus.

Au départ, on s’est plutôt inquiétés d’un possible effet inverse, soit qu’être vacciné contre la grippe nous rende plus susceptibles d’attraper la COVID-19. Cette crainte était fondée sur une étude scientifique publiée dans ScienceDirectjuste avant la pandémie par l’épidémiologiste américain Greg G. Wolff. Ses données montraient que se faire vacciner contre la grippe nous expose à un risque accru de contracter un léger rhume causé par un coronavirus.

Il y avait toutefois un problème majeur avec l’étude de Wolff : elle était erronée. Des chercheurs canadiens ont révélé que Wolff avait consciencieusement retiré les personnes déclarées positives pour la grippe du groupe témoin dans une analyse, mais les avait gardées dans l’analyse qui a conduit au résultat alarmant. À la suite d’une nouvelle analyse des données effectuée par l’équipe canadienne, l’hypothèse ne tenait plus la route. Dans une lettre envoyée à l’éditeur de ScienceDirect, Wolff a même insisté sur le fait que son analyse « NE soutient PAS le point de vue anti-vaccination d’éviter la vaccination contre la grippe saisonnière ».

Alors, le vaccin contre la grippe a-t-il un effet bénéfique ou non ? Et cet effet est-il marginal ou important ?

Des études se sont penchées sur ces questions, et plusieurs ont rapporté que le vaccin contre la grippe semblait offrir une certaine protection contre la COVID-19 elle-même. Jusqu’à quel point ? Les auteurs de ces articles, dans la bonne tradition de la science, sont très prudents. Certains qualifient la protection de « relativement faible », ou encore de « marginale ».

D’autres études, majoritairement menées en Italie, n’ont pu établir aucun lien. Et c’est ici, nous dit Jonathan Jarry, que nous sommes confrontés aux difficultés d’obtenir des résultats fiables à partir d’études comme celles-ci, qui ne sont pas fondées sur des essais contrôlés randomisés. Les scientifiques sont forcés de baser leurs études sur des comparaisons entre des groupes de personnes qui ont choisi de se faire vacciner ou non contre la grippe. Ce qui peut insérer des biais dans l’analyse.

« Les études qui trouvent un effet protecteur du vaccin peuvent être arrivées à ce résultat en raison de ce qu’on appelle le biais de l’utilisateur sain, explique Jonathan Jarry. Les personnes qui vont se faire vacciner contre la grippe peuvent être plus soucieuses de leur santé que celles qui ne le font pas. Elles peuvent être plus susceptibles de suivre les directives de santé publique. Elles peuvent également être mieux loties financièrement et capables de prendre le temps de se faire vacciner et de payer le vaccin. »

Ainsi, il est possible que ce que les scientifiques observent « n’est pas un effet bonus du vaccin, mais simplement des individus qui ont tendance à porter leur masque, à garder leurs distances avec les personnes potentiellement infectieuses et à mieux prendre soin de leur santé », dit-il.

Ce texte est tiré de notre infolettre « Le courrier du coronavirus » du 4 octobre 2021. Pour vous abonner,cliquez ici.



À voir en vidéo