Ottawa attend la soumission pour le vaccin Pfizer chez les 5-11 ans à la mi-octobre

La Dre Supriya Sharma a réitéré que Santé Canada n'autorisera le vaccin chez les 5-11 ans que s’il est sécuritaire pour cette tranche d’âge.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne La Dre Supriya Sharma a réitéré que Santé Canada n'autorisera le vaccin chez les 5-11 ans que s’il est sécuritaire pour cette tranche d’âge.

Santé Canada s’attend à recevoir d’ici la mi-octobre une soumission de Pfizer-BioNTech pour son vaccin contre la COVID-19 pour les enfants de 5 à 11 ans.

C’est ce qu’a indiqué la Dre Supriya Sharma, conseillère médicale en chef de Santé Canada, lors d’une conférence de presse vendredi.

Pfizer-BioNTech a complété ses études cliniques pour la vaccination des enfants et a soumis ses données brutes mardi à la Food and Drug Administration (FDA) aux États-Unis. La pharmaceutique n’a cependant pas encore déposé une soumission formelle à la FDA, mais ça ne saurait tarder.

La Dre Sharma a dit que Santé Canada devrait recevoir à son tour les données brutes au début de la semaine prochaine et devra attendre encore quelques jours avant d’obtenir la soumission formelle de Pfizer-BioNTech à son tour. « Nous nous attendons à ce qu’elle arrive probablement avant la mi-octobre », a-t-elle précisé.

La Dre Sharma n’a pas voulu s’avancer sur un échéancier pour l’approbation de ce vaccinpour les enfants, une fois que Santé Canada aura toutes les données en main pour l’évaluer. Comme c’est le cas pour tous les vaccins, il sera autorisé pour cette tranche d’âge seulement s’il est sécuritaire.

« Nous allons seulement l’autoriser si les bénéfices sont plus grands que les risques, spécifiquement pour ce groupe d’individus de 5 à 11 ans », a-t-elle précisé.

Le directeur national de santé publique du Québec, Horacio Arruda, s’est déjà dit prêt à lancer une campagne de vaccination auprès de ces jeunes, dès qu’il aura le feu vert de Santé Canada. Il a dit s’attendre à ce que la vaccination des enfants contre la COVID-19 commence « probablement » avant le temps des Fêtes.

Le gouvernement du Québec, lui, a ouvert la porte à la fin du port du masque dans les lieux publics une fois qu’il y aura une couverture vaccinale suffisante. Le Dr Arruda a soutenu qu’aucun enfant ne serait vacciné sans le consentement des parents.

Les doses administrées aux 5 à 11 ans seront trois fois moins élevées que celles pour les 12 ans et plus.

Les essais cliniques de Pfizer sur 2268 participants de 5 à 11 ans ont déterminé qu’ils créaient des anticorps en utilisant deux injections de 10 microgrammes chacune. En comparaison, il faut deux doses de 30 microgrammes pour immuniser les adolescents et adultes contre le coronavirus.

Johnson & Johnson

L’Agence de la santé publique du Canada répond de façon favorable à la demande de l’Alberta qui exige l’obtention de vaccins de Johnson & Johnson à une seule dose.

L’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, a relaté que certains de ses homologues provinciaux lui ont signifié qu’il valait mieux utiliser ce vaccin que de ne pas vacciner certains individus.

« En gardant ce principe en tête, nous sommes en train d’essayer d’obtenir des doses aussi rapidement que possible », a soutenu la Dre Tam lors d’une conférence de presse.

Les provinces doivent maintenant lui fournir une estimation des doses requises, a-t-elle dit, tout en lançant une mise en garde à celles-ci. « Nous ne voulons pas gaspiller des vaccins qui peuvent aider d’autres pays à travers le monde », a-t-elle lancé.

Le vaccin de Johnson & Johnson a été approuvé par Santé Canada, mais la seule livraison reçue au pays n’a pas été distribuée en raison de préoccupations quant à la qualité du produit.



À voir en vidéo