François Legault lance un « cri du coeur » aux infirmières

Le premier ministre du Québec, François Legault
Photo: Adrian Wyld Archives La Presse canadienne Le premier ministre du Québec, François Legault

Après une semaine marquée par l’annonce de primes substantielles pour tenter de convaincre des milliers d’infirmières de retourner dans le réseau public de la santé, le premier ministre du Québec, François Legault, a adressé « un cri du cœur » aux soignantes samedi en s’adressant directement à elles sur les réseaux sociaux.

« Je vous lance un cri du cœur, à toutes les infirmières qui sont à temps partiel ou qui ont quitté le réseau public : on a besoin de vous », a écrit M. Legault sur sa page Facebook, samedi matin, dans une déclaration où il reconnaît que les conditions de travail des infirmières ont été mises à rude épreuve dans les dernières années, notamment en raison du recours massif au temps supplémentaire obligatoire.

Le gouvernement espère d’ailleurs mettre fin à cette pratique, tout comme au recours à des agences privées par le réseau de la santé. « Bref, on veut vous redonner une vie et vous offrir les conditions de travail que vous méritez », affirme le premier ministre.

Entre-temps, c’est sur des « primes en argent » que Québec a décidé de miser afin de « redresser la situation rapidement », au moment où environ 4300 infirmières manquent à l’appel dans le réseau de la santé. Environ 40 % des infirmières oeuvrent par ailleurs à temps partiel, ce qui préoccupe Québec.

« Beaucoup d’infirmières ont quitté le réseau public ou sont passées à temps partiel dans les derniers mois pour trouver une meilleure qualité de vie. Je ne vous blâme pas ! Un moment donné, quand on n’a plus de qualité de vie, je peux comprendre. Mais si on veut continuer de soigner adéquatement tous les Québécois qui en ont besoin, et si on veut aussi améliorer vos conditions de travail, on doit absolument stopper cette vague de départs », a écrit M. Legault, qui souhaite « briser » ce qu’il qualifie de « cercle vicieux » dans le réseau de la santé.

Dans un plan d’action annoncé jeudi, le gouvernement Legault a ainsi annoncé la mise en place de primes de 12 000 à 18 000 $ aux infirmières afin de les attirer et de les garder dans le réseau public, idéalement à des postes à temps plein. Québec compte d’ailleurs notamment sur les soignantes à la retraite pour répondre à la demande.

« On va s’arranger pour que les retraitées qui veulent revenir ne soient pas pénalisées, que votre retraite ne soit pas coupée », a d’ailleurs assuré M. Legault samedi. Les primes offertes seront d’ailleurs plus élevées dans certaines régions du Québec où la pénurie de soignantes est particulièrement criante, comme en Outaouais, en Abitibi-Témiscamingue et dans le Nord-du-Québec.

Des milliers d’agents administratifs seront par ailleurs formés dans les prochains mois pour réaliser certaines tâches des infirmières. « Au lieu de passer des heures à remplir de la paperasse, vous allez pouvoir vous concentrer sur ce que vous faites de mieux comme professionnelles : soigner des patients », a ainsi résumé M. Legault samedi, tout en rappelant que ces investissements totalisent près d’un milliard de dollars.

« J’ai souvent essayé de me mettre à votre place depuis le début de la pandémie, et franchement, ce n’est pas évident. Ce que je ressens en pensant à tout ce que vous avez traversé, c’est beaucoup de gratitude et d’humilité, et aussi beaucoup de fierté », a ajouté le premier ministre, avant de souhaiter « une belle fin de semaine » aux infirmières de la province.

À voir en vidéo