Une infirmière auxiliaire dépeint le chaos au CHSLD Herron

L'infirmière auxiliaire a reproché aux autorités d’avoir trop facilement inscrit la COVID-19 comme cause du décès des résidants pour masquer le fait que plusieurs étaient morts déshydratés ou mal nourris, faute de personnel.
Photo: Marie-France Coallier Archives Le Devoir

L'infirmière auxiliaire a reproché aux autorités d’avoir trop facilement inscrit la COVID-19 comme cause du décès des résidants pour masquer le fait que plusieurs étaient morts déshydratés ou mal nourris, faute de personnel.

Aux audiences du coroner sur le CHSLD Herron mardi, une infirmière auxiliaire a reproché aux autorités d’avoir trop facilement inscrit la COVID-19 comme cause du décès des résidants pour masquer le fait que plusieurs étaient morts déshydratés ou mal nourris, faute de personnel.

L’infirmière auxiliaire, qui travaillait à Herron, a dit croire que les responsables, peu importe qui ils sont, jugeaient plus facile de rendre la COVID-19 responsable de tous ces décès plutôt que d’admettre la vérité, à savoir que ces résidants n’avaient pas été nourris et hydratés adéquatement.

Dans le cadre de son témoignage, elle a aussi blâmé les employés qui ont quitté leur travail, alors qu’il n’y avait pas de relève pour soigner les résidants.

Elle a aussi blâmé des membres du personnel du CIUSSS de l’Ouest-de-l’île-de-Montréal venus prêter main-forte, leur reprochant de donner des directives parfois contradictoires et de ne pas être au chevet des patients, comme elle.

Elle a également fait état d’une situation chaotique qui a duré plusieurs jours à savoir qui était responsable de gérer le CHSLD Herron, à la fin de mars 2020 et au début d’avril. Était-ce la direction de Herron ou bien le CIUSSS de l’Ouest-de-l’île-de-Montréal ?



À voir en vidéo