Les cas de COVID-19 continuent d’augmenter dans les écoles au Québec

Le ministère de la Santé a déclaré qu’il y avait 657 écoles au Québec avec des cas actifs de COVID-19 vendredi.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le ministère de la Santé a déclaré qu’il y avait 657 écoles au Québec avec des cas actifs de COVID-19 vendredi.

Malgré une augmentation rapide du nombre de cas de COVID-19 dans les écoles du Québec, des pédiatres affirment qu’il est important de les garder ouvertes pour l’apprentissage en personne.

L’augmentation des cas chez les enfants est prévisible étant donné la transmission croissante du variant Delta dans la population générale et le fait que les enfants de moins de 12 ans ne peuvent pas encore être vaccinés, a déclaré le Dr Jesse Papenburg, spécialiste des maladies infectieuses pédiatriques à l’Hôpital de Montréal pour enfants.

Mais Jesse Papenburg a toutefois dit qu’il n’y avait aucune preuve que le variant Delta est plus susceptible de provoquer une maladie grave chez les enfants que la souche originale du nouveau coronavirus.

C’est un « virus très, très transmissible, nous allons voir plus de cas », a-t-il affirmé dans une entrevue. « Mais, heureusement, le risque de maladie grave reste faible, et nous n’avons pas encore observé d’augmentation substantielle des hospitalisations chez les enfants. »

Bien qu’il y ait eu une augmentation du nombre de patients pédiatriques ayant la COVID-19 dans certaines parties des États-Unis, le Dr Papenburg a indiqué que cela se produit dans des endroits où les taux de vaccination sont faibles. Ces faibles taux ont entraîné une transmission beaucoup plus élevée parmi tous les segments de la population, y compris les enfants, a-t-il déclaré.

Le Dr Papenburg est d’avis que des taux de vaccination plus élevés au Québec devraient aider à protéger ceux qui sont trop jeunes pour être vaccinés et aider à garder les écoles ouvertes.

« Je pense vraiment que nous devons continuer à donner la priorité à l’apprentissage en personne pour les enfants », a-t-il affirmé. « Oui, nous voulons le rendre aussi sûr que possible, mais nous voulons aussi préserver les éléments de socialisation qui sont essentiels au développement d’un enfant. »

Le ministère de la Santé a déclaré qu’il y avait 657 écoles au Québec avec des cas actifs de COVID-19 vendredi, le jour le plus récent pour lequel des données sont disponibles, une augmentation de 66 par rapport à jeudi.

Le ministère a précisé qu’il y avait 980 cas actifs de la maladie parmi les étudiants, soit une augmentation de 232 par rapport à la veille, tout comme 126 membres du personnel, soit une augmentation de 33.

« Une école sur cinq au Québec compte au moins un cas, et beaucoup d’entre elles, sinon toutes, ont plus d’un cas », a observé Olivier Drouin, un parent montréalais et fondateur de Covid Écoles Québec, un site Web qui suit l’évolution de la COVID-19 dans les écoles de la province. « Je surveille cela depuis un an et je n’ai pas vu cette croissance en si peu de temps. »

Le ministère de la Santé a déclaré que 147 salles de classe — dans les écoles publiques et privées — ont été fermées.

C’est difficile pour les enseignants, qui doivent être prêts à passer à l’enseignement en ligne avec un préavis de 48 heures, a constaté Heidi Yetman, présidente de l’Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec, qui représente les enseignants des écoles de langue anglaise.

Heidi Yetman déplore que les améliorations promises concernant la ventilation dans les écoles aient été lentes à venir.

« Personnellement, je suis très inquiète », a-t-elle déclaré. « Nous ne sommes que depuis deux semaines et nous avons déjà de nombreux cas, de nombreuses classes qui ont été affectées. Je ne vois que cela s’aggraver à mesure que nous passons à la saison où les fenêtres seront fermées. »

Le Dr Olivier Drouin, pédiatre à l’hôpital Sainte-Justine de Montréal, a indiqué que même si certains enfants tombent gravement malades en raison de la COVID-19, le risque est assez faible. Il a indiqué que l’impact le plus tangible est que les parents devront rester à la maison avec des enfants qui ne peuvent pas aller à l’école parce qu’ils ont la COVID-19.

Avec les bonnes mesures en place pour détecter et prévenir les épidémies, il pense que les écoles devraient rester ouvertes.

« Il y a un coût réel pour que les enfants ne fréquentent pas l’école, que ce soit parce qu’il y a une épidémie ou parce que nous voulons empêcher la transmission », a-t-il déclaré. « Les enfants ont souffert, pas médicalement, mais ils ont certainement souffert physiquement, mentalement et émotionnellement de la pandémie. »

Le ministère de l’Éducation du Québec a déclaré qu’il déployait cette semaine des tests rapides de dépistage à la COVID-19 dans plusieurs écoles de Montréal et de sa banlieue nord, Laval.

Cependant, Kathleen Legault, présidente de l’association représentant les directions d’école à Montréal, a déploré le fait que le personnel des écoles n’ait pas le temps de faire les tests, qui peuvent prendre environ 30 minutes. Elle a déclaré que le matériel de formation reçu vendredi était destiné aux professionnels de la santé et n’était pas adapté aux enseignants.

À voir en vidéo