L’application «VaxiCode», nouveau sésame pour entrer dans les lieux publics non essentiels

VaxiCode et VaxiCode Vérif, les deux applications mobiles qui incarneront le système de passeport vaccinal québécois, seront rendues disponibles au courant des prochains jours. Après avoir mené des projets « très concluants » au cours des dernières semaines, Québec a dévoilé mardi les détails du laissez-passer électronique qui entrera en vigueur dès le 1er septembre.

Selon la procédure décrite en point de presse par le ministre de la Santé, Christian Dubé, les commerçants recourront à une première application — VaxiCode Vérif — pour scanner les téléphones des clients. Ces derniers devront s’en remettre à une seconde application — VaxiCode — pour faire valider leur statut vaccinal. Si tout est conforme, l’écran s’affichera en vert. Le nom des clients paraîtra sur le lecteur VaxiCode Vérif pour permettre aux employés de vérifier leur identité, mais aucune autre information ne sera partagée, assure le gouvernement. Toute l’opération se déroule par ailleurs sans connexion Internet.

Les deux applications pourront être téléchargées sur les appareils d’Apple dès mercredi. Les propriétaires de téléphones fonctionnant avec Android pourront obtenir leur passeport vaccinal dans les jours suivants.

Cette preuve vaccinale sera obligatoire pour fréquenter les lieux publics dont la vocation n’est pas essentielle comme les bars, les restaurants, les gyms, les festivals et les salles de spectacle, mais également pour exercer plusieurs sports et accéder à de nombreuses activités parascolaires. La liste exhaustive de ces endroits se trouve sur le site Internet du gouvernement.

Les jeunes de 13 ans et moins sont exemptés de cette nouvelle procédure. Par exemple, « vous arrivez en famille au restaurant. Les 13 ans et plus doivent montrer le passeport vaccinal et la preuve d’identité avec photo, mais quelqu’un qui est en bas de 13 ans fait seulement montrer sa photo et voilà », a illustré le ministre Dubé.

Question de sécurité

À ses côtés, le ministre responsable de l’Accès à l’information et de la Protection des renseignements personnels, Éric Caire, a défendu les applications qui, insiste-t-il, « ne représentent aucun danger de vol de renseignements personnels ».

« Le code QR que nous fournissons ne peut pas être falsifié, ne peut pas être modifié, ne peut pas être copié », a-t-il fait valoir. Ceux qui seraient tentés de contourner les règles s’exposent à des sanctions sévères, car « c’est un acte criminel de falsifier un document » de santé publique, a renchéri le ministre Dubé.

Pour les commerçants qui refuseraient de se conformer à la directive, le gouvernement prévoit des sanctions similaires à celles pour le non-respect des autres règles sanitaires, c’est-à-dire des amendes variant entre 1000 $ et 6000 $. La santé publique peut également exiger la fermeture d’un établissement récalcitrant. Mais Québec ne prévoit pas appliquer de sanctions avant le 15 septembre.

 

Un code QR en format papier sera aussi offert pour les citoyens sans téléphone portable. Quant aux « très rares » adultes non autorisés à recevoir de vaccin pour des raisons médicales, le directeur de la campagne de la vaccination contre la COVID-19 au Québec, Daniel Paré, a expliqué que les médecins peuvent remettre « un formulaire type » pour autoriser ces gens à obtenir leur laissez-passer. Les personnes qui ont souffert de la COVID-19 et qui obtenu une dose de vaccin verront aussi leur écran passer au vert dans les commerces, a-t-il précisé.

Aucune modification aux restrictions sanitaires n’est prévue pour les clients vaccinés une fois à l’intérieur des lieux fermés. « En octobre, après l’effet de la rentrée, on va voir où on va être rendus au Québec », a prévenu le directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

Au travail et à l’étranger

Les employés ne seront pas tenus d’être vaccinés pour travailler dans les commerces non essentiels, car le Code du travail n’autorise pas cet impératif, a expliqué Christian Dubé. « Ce n’est pas une question de passeport vaccinal, c’est une question de gestion par l’employeur. […] On va laisser ça à chaque employeur. » « Les consultations prévues jeudi et vendredi sur la vaccination obligatoire au Québec seront l’occasion d’approfondir la question », a-t-il ajouté.

Les visiteurs de l’extérieur du Québec pourront simplement présenter une preuve vaccinale de leur pays ou de leur province d’origine ainsi qu’une pièce d’identité pour entrer dans les commerces d’ici.

Les Québécois qui voyagent devront se conformer aux règles à l’étranger. Les représentants du gouvernement affirment travailler « depuis des mois » pour rendre VaxiCode compatible avec les autres applications canadiennes.



À voir en vidéo