Plusieurs tentatives de fraude pour une preuve vaccinale au Québec

Sur l'île de Montréal, plusieurs tentatives de fraude pour obtenir une preuve vaccinale ont été confirmées.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Sur l'île de Montréal, plusieurs tentatives de fraude pour obtenir une preuve vaccinale ont été confirmées.

Plusieurs sources ont confirmé à La Presse canadienne que des individus ont tenté de se procurer une preuve vaccinale de manière frauduleuse, parfois en essayant de soudoyer des membres du personnel de la santé.

Le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, a récemment annoncé que cette preuve vaccinale sera requise dès le mois de septembre pour pratiquer différentes activités ou fréquenter divers lieux publics.

Lors d’un incident raconté à La Presse canadienne par une employée du réseau de la santé, qui souhaite conserver l’anonymat par crainte de représailles, un homme se serait récemment présenté à un centre de vaccination de l’Est de Montréal et aurait demandé à utiliser un isoloir mis à la disposition des gens qui craignent subir une faiblesse au moment de leur vaccination.

 

Ainsi protégé des regards indiscrets, l’individu aurait offert à l’infirmière un sac contenant plusieurs centaines de dollars en liquide, à condition qu’elle jette le vaccin à la poubelle et lui remette une preuve de vaccination.

Confronté au refus catégorique de l’employée de se laisser corrompre, l’homme a pris la fuite quand la sécurité a été appelée.

Ampleur du phénomène inconnue

Le ministère de la Santé a confirmé par courriel être au courant de telles situations, mais il est évidemment impossible de mesurer l’ampleur réelle du phénomène.

« À ce jour, nous n’avons reçu aucune confirmation de nos partenaires de la sécurité publique de l’implication d’un employé du réseau », a-t-on indiqué.

Relancé quant à savoir si cela veut dire que des soupçons pèsent sur des employés, voire que des enquêtes ont été ouvertes, le ministère a passé le ballon au CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal.

Son porte-parole, Carl Thériault, a confirmé, lui aussi par courriel, qu’il « y a eu récemment une tentative de corruption dans un de nos sites de vaccination ». Il a refusé d’en dire plus « afin de ne pas nuire à l’enquête policière qui est en cours ».

À l’autre bout de l’île, une porte-parole du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal confirme qu’il « y a eu récemment quelques tentatives de fraudes dans nos sites de vaccination ». Elle ajoute que « nos employés ont été sensibilisés à ce sujet et sont très vigilants ».

Les employés auraient été prévenus que le ministère est en mesure de détecter l’émission inappropriée de preuves vaccinales, par exemple en dehors des heures de travail et à l’extérieur des centres de vaccination, et que des sanctions graves pouvant aller jusqu’à la radiation professionnelle sont possibles en cas d’infraction, a indiqué la même source sous le couvert de l’anonymat.

Le ministère assure qu’il « y a un contrôle des accès serrés » au sein du ministère de la Santé et des Services sociaux et du réseau de la santé et des services sociaux pour empêcher l’émission frauduleuse, ou à tout le moins inappropriée, de preuves vaccinales.

« Il est important de noter que depuis le début de la campagne de vaccination, une campagne de sensibilisation est menée au sein des employés du RSSS par le personnel des mesures de prévention de la fraude et / ou de corruption d’un fonctionnaire publique [sic] », ajoute le ministère par courriel.



À voir en vidéo