La hausse des cas à Laval préoccupe la Santé publique

Le directeur régional de santé publique de Laval, le Dr Jean-Pierre Trépanier, s’attend à un automne occupé. Les cas de COVID-19 sont en constante hausse sur son territoire, et ce, avant même la rentrée scolaire et le retour au bureau des employés. Sans vouloir se prononcer sur la levée de l’obligation de porter le masque en classe, le médecin souligne que les mesures sanitaires devront être adaptées en fonction des situations épidémiologiques régionales.

La région de Laval a enregistré 187 nouveaux cas de COVID-19 au cours de la semaine du 1er août. Et elle est en voie de dépasser ce bilan hebdomadaire, selon le Dr Trépanier : 166 nouvelles infections ont été dénombrées depuis le 8 août.

« Quand on regarde ça, lors de la dernière semaine, [celle du 1er août], on avait un nombre de cas déclarés trois fois supérieur à ce qu’on avait l’année dernière à la même période, constate le directeur de santé publique . D’avoir déjà une augmentation comme celle-là avant même que la grande rentrée se fasse, à certains égards, c’est vraiment préoccupant. »

D’autant plus, ajoute-t-il, que les enfants de moins de 12 ans ne peuvent être vaccinés contre la COVID-19, puisque aucun vaccin n’a encore été homologué pour cette catégorie d’âge.

Selon le Dr Trépanier, il faudra mettre en place des « mesures particulières pour la gestion des éclosions » dans les écoles primaires. « Avec les orientations du ministère de l’Éducation qui ont été présentées [mercredi], on nous annonce quand même une rentrée scolaire avec des mesures minimales si on les compare avec celles qui avaient été mises de l’avant pour la rentrée 2020 », estime-t-il.

Le ministre Jean-François Roberge a annoncé mercredi la fin du masque obligatoire en classe. Le concept de « bulles-classes » ne sera pas non plus de retour.

Ce plan est « très semblable à ce qui avait été annoncé au début de l’été ou à la fin du printemps », note le directeur régional de santé publique de Laval. « Or, la situation épidémiologique, elle, a évolué. […] Je pense qu’il faut prendre acte quand même de ce qui se passe et agir en conséquence. »

Le Dr Trépanier souligne que la situation épidémiologique varie aisément d’une région à l’autre. « Du côté de Laval, on part avec un taux assez élevé et, contrairement à ce qu’on a vu dans d’autres régions au cours des vagues précédentes, quand ça monte, ça ne redescend pas rapidement », signale-t-il.

Une « guerre de tranchées »

Le médecin dit mener « une guerre de tranchées » pour tenter de convaincre la population de se faire vacciner. La Santé publique a contacté en juillet quelque 7600 adolescents qui n’avaient toujours pas reçu leur première dose. « On a réussi quand même à en rejoindre 60 % après deux appels », indique le directeur régional de santé publique, qui se dit satisfait des résultats de l’opération. Des brigades d’intervenants sillonnent aussi la ville afin d’encourager les citoyens non vaccinés à se rendre aux cliniques éphémères installées dans leur quartier.

L’annonce de l’application prochaine du passeport vaccinal incite d’ailleurs les Lavallois à emboîter le pas, note le Dr Trépanier : la moitié des gens qui se présentent actuellement dans les cliniques de vaccination le font pour obtenir une première dose.

Environ 83 % des Lavallois de 12 ans et plus ont reçu une première dose du vaccin, d’après la Direction régionale de santé publique. Un peu plus de 70 % de cette population est adéquatement vaccinée, c’est-à-dire qu’elle a obtenu deux doses ou qu’elle en a reçu une après avoir été infectée par la COVID-19.

« L’ennui, quand on regarde sur l’ensemble de la population, ça reste quand même, à peu près, une personne sur quatre à Laval qui n’est pas vaccinée, souligne le Dr Trépanier. C’est sûr que ces gens-là, c’est un bassin suffisamment important pour que la quatrième vague ait une bonne prise. »

Pour se préparer à gérer une recrudescence des cas, la Direction régionale de santé publique travaille d’ailleurs à renflouer ses équipes de dépistage et d’enquête épidémiologique.

À voir en vidéo