Le passeport vaccinal fait craindre de possibles dérives

La preuve de vaccination contre la COVID-19 utilise dans sa version électronique un code QR, qui a été jugé peu sécuritaire par plusieurs experts.
Photo: Alexander Zemlianichenko Associated Press La preuve de vaccination contre la COVID-19 utilise dans sa version électronique un code QR, qui a été jugé peu sécuritaire par plusieurs experts.

La Ligue des droits et libertés (LDL) a dénoncé lundi dans un communiqué la décision du gouvernement de François Legault « d’instaurer un passeport vaccinal sans débat public ».

« On a besoin que le gouvernement entame un dialogue » avec la population, a plaidé la coordonnatrice de la LDL, Catherine Descoteaux, en entrevue téléphonique. « On a vraiment envie de cette transparence-là, on a envie de nuances. »

« Toutes les mesures sanitaires nécessaires à la lutte contre la pandémie, aussi légitimes soient-elles, doivent être débattues pour être validées, plutôt que d’être décidées de manière opaque et unilatérale », est-il indiqué dans le communiqué.

Mme Descoteaux a rappelé que même si son organisme est « pro-mesures sanitaires » et pourrait éventuellement « être d’accord » avec une application du passeport vaccinal sous certaines conditions, cela ne l’empêche pas d’exprimer des craintes à propos de possibles dérives.

Pour l’instant, il est prévu que le passeport ne soit utilisé qu’en cas d’éclosion dans une région donnée. Cela pourrait selon elle être acceptable, mais « il faudrait vraiment que ça reste restreint et qu’on ait des assurances que ça le demeurera » et ne deviendra pas « une carte d’identité qui pourrait être vérifiée par plusieurs personnes dans différents contextes ».

« Nous avons aussi des craintes à propos de la sécurité des données », a ajouté Mme Descoteaux, qui espère que le gouvernement fera attention à cette question et utilisera un bon système de cryptage.

La preuve de vaccination contre la COVID-19, un document distribué en ce moment par le gouvernement du Québec, utilise dans sa version électronique un code QR qui a été jugé peu sécuritaire par plusieurs experts. La forme que prendra le passeport vaccinal est encore inconnue.

Pas une panacée

La LDL a aussi exprimé des réserves quant à « l’absence de précisions concernant le maintien d’autres mesures sanitaires préventives dont l’efficacité est démontrée comme le port du masque, le lavage des mains et l’ajout de ventilation dans les écoles ».

« Une chose qui nous dérange en ce moment, c’est que le passeport vaccinal est présenté comme si c’était une espèce de solution miracle », a précisé Mme Descoteaux, qui souhaite éviter de « créer un faux sentiment de sécurité dans la population », alors que l’immunité collective n’est toujours pas atteinte au Québec.

On devrait vraisemblablement en savoir plus mardi sur le passeport vaccinal.

Invité à réagir à la sortie de la LDL, le ministère de la Santé et des Services sociaux a indiqué, lundi, par courriel : « Le MSSS ne fait pas d’entrevue sur le sujet pour le moment. Le ministre de la Santé fera le point demain (mardi). »――

À voir en vidéo