Le Québec n’affiche plus aucune zone rouge

Les bars de Montréal et de Laval devront pour leur part patienter jusqu’à vendredi avant d’ouvrir de nouveau leurs terrasses extérieures.
Graham Hughes La Presse canadienne Les bars de Montréal et de Laval devront pour leur part patienter jusqu’à vendredi avant d’ouvrir de nouveau leurs terrasses extérieures.

À quelques heures du passage de leur région en zone orange, des propriétaires de restaurants et de salles d’entraînement attendaient avec impatience dimanche de pouvoir de nouveau accueillir des clients entre leurs murs, malgré les défis logistiques auxquels ils font face.

À partir de lundi, les villes de Montréal et de Laval passent en zone orange, tout comme les régions du Bas-Saint-Laurent et de Chaudière-Appalaches, signant ainsi la fin des zones rouges dans l’ensemble de la province.

Les restaurants situés dans ces régions pourront donc à nouveau accueillir des clients à l’intérieur, tandis que les salles d’entraînement pourront aussi ouvrir de nouveau leurs portes après plusieurs mois de fermeture.

« Enfin ! » lance, rayonnante, la copropriétaire du restaurant Manoubia, dans le Mile End, Tania Raymond. L’établissement, qui a ouvert ses portes l’automne dernier, a surtout offert des commandes pour emporter depuis le début de la pandémie. « Au Manoubia, on n’a jamais connu l’expérience de la salle à manger, donc on a bien hâte [à lundi] », lance Mme Raymond, qui est aussi copropriétaire du Dépanneur Café.

Le soulagement était également palpable du côté du propriétaire du restaurant mauritanien La Khaïma, Atigh Ould, qui attend ce moment depuis plus de huit mois. « Je commençais à perdre espoir de pouvoir rouvrir un jour. Mais maintenant, on arrive à cette réalité. On est sortis de quelque chose d’énorme », constate le restaurateur, dont l’établissement a pignon sur rue sur l’avenue Fairmount Ouest.

Il salue le travail « extraordinaire » de ses employés, qui ont mis les bouchées doubles dans les derniers jours pour planifier la réouverture de la salle à manger du restaurant, dont la décoration propose une incursion au cœur de l’Afrique.

« À partir de demain, ça va être la folie, comme quand on a ouvert pour la première fois notre terrasse [la semaine dernière] », lance Atigh Ould, qui affirme avoir mis en place toutes les mesures nécessaires pour faire respecter les règles sanitaires dans son établissement.

Retour aux salles de sport

Les salles d’entraînement étaient elles aussi dimanche soir dans la dernière ligne droite en prévision de leur réouverture lundi. « Toutes nos équipes sont prêtes à Montréal et à Laval pour recommencer dès demain », confirme le vice-président d’Éconofitness, Renaud Beaudry, qui compte une trentaine de centres dans la métropole et cinq à Laval.

Il faut faire attention parce qu’il y a ce variant [indien] qui prend beaucoup de place et continue de se répandre à travers le pays.

« Je pense qu’avec la vaccination et le déconfinement qui a été annoncé par le gouvernement, on peut penser à une ouverture définitive », avance M. Beaudry. En avril dernier, le gouvernement Legault avait ordonné la fermeture des salles d’entraînement en zones rouges moins de deux semaines après leur réouverture, en raison d’une détérioration de la situation épidémiologique.

Les bars de Montréal et de Laval devront pour leur part patienter à vendredi avant d’ouvrir de nouveau leurs terrasses extérieures. Les rassemblements intérieurs entre personnes de différentes résidences demeurent par ailleurs interdits dans les zones orange.

« Il faut faire attention parce qu’il y a ce variant Delta [détecté pour la première fois en Inde] qui prend beaucoup de place et continue de se répandre à travers le pays », rappelle Roxane Borgès Da Silva, professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal. Dans ce contexte, les Québécois doivent continuer de prioriser les activités extérieures, estime-t-elle.

Ailleurs au Québec, d’autres régions, comme le Saguenay–Lac-Saint-Jean, la Mauricie et le Centre-du-Québec, passeront lundi au palier jaune. La région de Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, l’Abitibi-Témiscamingue, la Côte-Nord et le Nord-du-Québec se retrouveront pour leur part en zone verte, ce qui autorise les sports d’équipe à l’intérieur et les rassemblements intérieurs d’au maximum 10 personnes provenant de trois adresses différentes.

Aucun décès

Pour la première fois depuis le 8 septembre dernier, la Santé publique du Québec a rapporté dimanche moins de 200 nouveaux cas de COVID-19, soit 179. Le dernier bilan ne fait aussi état d’aucun décès lié à la maladie, ce qui n’avait pas été le cas depuis le 11 septembre dernier, tandis que les hospitalisations continuent de baisser.

« Jusqu’à présent, le plan de déconfinement fonctionne. On doit continuer de suivre les mesures et de se faire vacciner », a déclaré sur Twitter dimanche le ministre de la Santé, Christian Dubé.

D’ailleurs, il sera possible cette semaine de devancer les rendez-vous pour l’administration de la deuxième dose des vaccins contre la COVID-19, pourvu qu’il se soit écoulé huit semaines entre les deux doses. Les nouvelles plages horaires seront affichées sur le portail de Clic Santé à commencer par les 80 ans et plus lundi, les 75 ans et plus mardi, les 70 ans et plus mercredi et ainsi de suite les jours suivants, à l’exception du samedi et du dimanche.

Le Québec a administré 94 384 nouvelles doses de vaccin contre la COVID-19 samedi, pour un total de 6 millions de doses jusqu’à maintenant. La province a administré des doses à un taux de 70,13 %.

 

Avec La Presse canadienne

L’Ontario respire mieux

Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 en Ontario s’est établi dimanche à un creux inédit depuis plus de sept mois. Les autorités ont rapporté 663 nouveaux cas, un chiffre qui n’avait pas été aussi bas depuis le 18 octobre. La veille, elle avait fait état de 744 autres infections. La province déplore aussi 10 nouveaux décès liés à la maladie.C’est la deuxième fois de la semaine que le nombre de nouveaux cas est inférieur à 700. C’est un bilan très en deçà du sommet de 4812 atteint le 16 avril dernier. Depuis le 15 janvier 2021, les autorités ontariennes ont signalé 536 072 cas confirmés de COVID-19. Le nombre de décès s’élève à 8854.Dimanche, les hôpitaux traitaient 545 patients, dont 510 aux soins intensifs. Parmi eux, 344 nécessitaient un respirateur artificiel. L’Ontario a aussi souligné qu’il avait administré 158 393 doses de vaccin depuis la publication du bilan de samedi, ce qui porte le total à près de 10 millions de doses administrées depuis le début de la campagne de vaccination.
La Presse canadienne

À voir en vidéo